En froid avec la justice suisse à cause des accusations de viol et de contrainte sexuelle, Tariq Ramadan vient de recevoir une bonne nouvelle. Le Tribunal fédéral de Genève a rendu une décision dans laquelle il juge que son droit d’être entendu a été violé . En effet, l’islamologue suisse avait fustigé les déclarations du conseil de l’une de ses accusatrices dans la presse.

La cause retourne  devant la chambre pénale

M Ramadan a demandé à la justice de réduire au silence cet homme en toge en juin 2018. Sa requête ne connait pas un sort favorable puisque le ministère public le rejette en septembre. La décision est validée par la chambre pénale de recours du canton de Genève un mois plus tard. Pour le tribunal fédéral, il y a eu violation du droit de M Ramadan, à être entendu. La chambre pénale qui avait confirmé la décision devra à nouveau restatuer là-dessus puisque le dossier lui a été retransmis.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom