Alors que l’Algérie est toujours en proie à un mouvement contestataire, le même ayant poussé Abdelaziz Bouteflika à démissionner, le pouvoir en place tente de faire peau neuve. En effet, toutes les personnes considérées comme étant proches de l’ancien président sont désormais visées par l’armée et la justice.

Soucieux d’effacer le souvenir Bouteflika, le chef d’état-major des armées, le général Ahmed Gaid Salah, nouvel homme fort du pays, a ainsi pris en chasse les plus puissants chefs d’entreprise ayant eu un certain rapport avec le pouvoir. Toutefois, après les grands patrons, le général Salah a décidé de s’attaquer aux plus proches de l’ancien président Bouteflika, à savoir sa famille. Ainsi, selon certaines informations, c’est Saïd Bouteflika, frère et ancien conseiller du président algérien, qui a été arrêté au lendemain du 11e vendredi de manifestations.

Une purge qui ne s’arrête pas

Interpellé, Saïd Bouteflika paie donc les conséquences de la vendetta populaire alors qu’il a, pendant longtemps, été épargné par les critiques. Il faut dire qu’entre ce dernier et le général Salah, les relations ont toujours été relativement tendues, le second l’accusant directement de conspiration en vue d’empêcher le gouvernement de trouver une sortie à la crise traversée par l’Algérie. Homme fort du pouvoir depuis l’accident vasculaire cérébral d’Abdelaziz Bouteflika, Saïd était considéré comme étant la véritable personne aux manettes du pays.

Saïd Bouteflika, arrêté

À ses côtés, deux hommes ont également été arrêtés par les forces de l’ordre, à savoir le général Mohamed Mediene, directeur des services secrets algériens pendant 25 ans et son ancien coordinateur, Athmane Tartag. Là encore, les relations entre ces deux hommes et le général Salah étaient compliquées. En 2015, l’actuel homme fort de l’Algérie avait notamment poussé Mediene au départ, avant de dissoudre son service. Tartag lui, a été remercié directement après l’annonce du départ d’Abdelaziz Bouteflika.

Salah veut s’aider de la justice

De son côté, le général Salah ne semble pas prêt de s’arrêter et a même appelé la justice à « accélérer la cadence » en matière d’enquêtes et d’arrestations. Les détracteurs du chef des armées pointent toutefois du doigt une stratégie inadaptée. Ces derniers estiment également que les enquêtes demandées par le général Salah à la justice lui serviront dans le cadre de cette véritable purge. Une manière pour Salah d’avoir des arguments s’il était amené à justifier la politique actuellement mise en place.

1 COMMENTAIRE

  1. La purge…se poursuit…autour de bouteflika…!!! apprend on..

    C’est connu..que le peuple algérien a été un peuple déterminé…teigneux….et les français en savent quelques chose

    C’est un peuple qui connait…le prix de la liberté….!!! belle leçon et exemple n’est ce pas..

    Pendant..des décennies…une bande d’oligarches…ont dirigé..ruiné..ce pays..en servant…d’une..m momie…

    Des généraux..des renseignements…les hommes riches….tous hier..puissants…suffisants..se sentant intouchables…payent….et payeront pour longtemps

    Quelle…bonne inspiration….pour ceux qui savent lire l’histoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom