24 heures après avoir rendu public sa liste des 23 joueurs béninois retenus pour la Can Egypte 2019 (21 juin-19 juillet), le sélectionneur français du Bénin Michel Dussuyer s’est présenté, ce mercredi à la salle de conférence 2 du ministère du Tourisme, de la culture et des sports, en conférence de presse pour expliquer ses choix.

Loading...

D’entrée, Michel Dussuyer a expliqué que pour éviter des frustrations, il a opté pour une liste de 23 joueurs et une autre de sept réservistes. «Je compte aussi sur les réservistes. J’ai fait mes choix», a précisé l’entraîneur. Sur le choix d’un local au poste de troisième gardien (Cherif Dine Kakpo des Buffles de Parakou en première division au Bénin), il explique «j‘ai toujours dit que nous avons la chance d’avoir deux bons gardiens. Pour le troisième retenu, j’ai décidé de donner une chance à un jeune gardien pour qu’il apprenne».

Salomon plutôt que Nabil Yarou

Interpellé sur le cas de la sélection de Salomon Junior (33 ans) en défense au lieu d’un local comme Nabil Yarou en première division du championnat béninois, le Français a indiqué que Salomon est joueur d’expérience qui joue régulièrement dans un club. Pour lui, Salomon Junior connaît bien le groupe. Et vu son expérience, il est mieux que les autres qui n’ont pas la même expérience. «Je ne suis pas là pour préparer le Chan (Championnat d’Afrique des nations), mais pour la phase finale de la Can (Coupe d’Afrique des nations)», a fait savoir Michel Dussuyer. Il pense que Nabil Yarou n’est pas au-dessus des autres.

Absence de Yannick Aguemon des 23 retenus

En ce qui concerne le bastion offensif, le technicien français informe que c’est un secteur concurrentiel. Trois éléments ont joué en défaveur de Yanick Agémon. Le premier, «c’est la concurrence». Le deuxième fait est qu’il a fini le championnat le 26 avril dernier et est en vacances, donc sans entraînement. Le dernier élément est qu’il a rejoint l’équipe nationale lors de l’avant dernier match des qualifications (match Gambie # Bénin à Banjul).

La non-convocation de nouveaux joueurs est le fait d’un principe. «J’ai toujours dit que, si un joueur doit être retenu, il doit être au-dessus de ceux qui étaient là. C’était déjà difficile pour moi d’écarter des attaquants. J’ai fait mes choix et je les assume entièrement», clarifie Dussuyer.

Projet de jeu

Pour avoir vu Michel Dussuyer évolué lors des éliminatoires de cette CAN égyptienne, on se demande quel serait le projet de jeu de l’entraineur à Ismaïlia en juin. En réponse, il fait remarquer que l’objectif est de présenter un bon visage c’est-à-dire rivaliser avec les autres équipes. Et  pour cela, il faut une bonne assise défensive. Mais, il faut travailler de sorte que la ligne offensive soit capable de porter le danger dans le camp adverse. A cette CAN, le premier challenge du Bénin est de gagner un match selon Dussuyer. Cela permet de se rapprocher du second tour. Ensuite, il faudra se qualifier pour les huitièmes de finale. Et après, il faut rentrer le plus tard possible.

Connaissance des adversaires

L’entraineur des Ecureuils du Bénin connaît bien deux de ces trois adversaires du groupe F. «Les deux équipes que je connais bien c’est le Cameroun et le Ghana», a-t-confié. Il connaît moins l’équipe de la Guinée-Bissau. Mais, «c’est un groupe qui se base sur le collectif car le groupe est ensemble depuis». Il rappelle que le Ghana est une équipe toujours présente sur les six dernières éditions et  qui joue bien en compétition. C’est pareil pour le Cameroun qui champion d’Afrique en titre et qui a un capital joueur individuel supérieur celui du Bénin.

Le Cas Jonas Bidé

Depuis le samedi dernier, il a une polémique concernant le gardien de but des Ecureuils, Jonas Bidé. Entraineur de Soleil Fc, un club évoluant en première division du championnat béninois, Jonas Bidé aurait giflé un de ses joueurs, coupable d’une faute qui a occasionné un penalty (transformé par l’adversaire) et qui condamne le club à la relégation. Michel Dussuyer estime que ce cas est délicat. «Il y a matière à prendre en compte les informations divulguées par la presse», indique le sélectionneur qui pense qu’il revient à la Ligue et la Fédération béninoise de football de clarifier la situation. Mais, en attendant, «je lui ai demandé de prendre recul avec la sélection en attendant les clarifications». Il précise, tout de même qu’il connaît bien Bidé et que c’est un monsieur calme qui a toujours montré une bonne attitude sur le banc de touche.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom