Et maintenant, tirons un trait et dressons l’addition : un massif de curiosités sidérantes en lois ; des traumatismes, pertes matérielles et symboliques incalculables ; une mer de honte toute bue à la face du monde ; des meubles et immeubles en feu, quelques-uns d’entre nous transformés en bêtes, puis immolés, un peu de leur sang aspergé, ça et là, qui bénit le sol et salue les Ciels, le geste sacrificiel est exemplaire ! Certains en sont repus.

Loading...

D’autres, peut-être, en demandent encore ! « Plaise le Ciel qu’aucun bain de sang, qu’aucun bain de sang ne nous éclabousse et ne nous emporte dans ses flots… », Monseigneur de Souza est mort une deuxième fois… ! Mais, touchons du bois, c’est pour que vive la Patrie !

C’est vrai, il y a très longtemps que nous ne sommes plus apparus en boucle sur des chaînes internationales. Nous vendions au monde tant bien que mal ce bout de démocratie, de dignité et d’honneur… Mais l’envie de « révéler » en « star » le Bénin au monde aurait été mieux assouvie à l’aide de spécialistes de marketing plus à l’avenant… Car, la copie finale, que l’on voulait originale, est certes mâle mais pâle, sale et folle. Elle révèle la « face ombreuse » et obscure de nous-mêmes, balafrée de sang, parfois d’innocents. Nous étions si différents, pensaient les autres. Au fond, non. Nous avons mis juste du temps à être qui nous sommes… Et notre démocratie rayonne, comme jamais ! Bravo à nous ! Et surtout bravo aux-maîtres-de-toutes-choses-jamais-accomplies-par personne-sur-la-Terre-des-Hommes ! Illuminés éternels !

Au vrai, la production de la copie fut habitée de la passion de l’illimité.Passion qui postule qu’il n’y a de limite à rien ni à personne : tout, tout au-delà de tout ce qui est permis, est possible. La passion de l’illimité est jumelle du désir d’ignorance et du désir d’éternité. Le désir d’ignorance est inconnaissance et méconnaissance. Il est cette forme d’élan obsessionnel qui ignore et/ou méprise tous les autres savoirs qu’on ne maîtrise pas et tous les autres savants, experts, sages ou honnêtes citoyens qui savent mieux que soi mais qui ne pensent pas comme soi. Le désir d’ignorance est clôture de soi et volonté illimitée d’entraîner dans sa tour d’ignorance, par tous les moyens tous les autres qui pensent autrement que soi.

Quant au désir d’éternité, il est une ensorcelante illusion de se croire Dieu. En cela, le désir d’éternité fait de la passion de l’illimité une orgie. Orgie de la morgue. Orgie de la drogue. Morgue : comme il se croit Dieu, le sujet ne s’épanouit que dans l’arrogance contre les hommes et les choses, contre la Vie. Drogue : comme il se croit Dieu, le sujet se crée un univers où la vie des autres ne vaut quelque chose qu’autant qu’elle peut servir à l’assouvissement de ses seules envies par-delà-la-raison … La passion de l’illimité est la pornographie du pire…, dans la cécité et la surdité du sujet, comme il se croit Dieu !

La crise actuelle n’est pas qu’électorale. Elle est la crise de quelque de chose de plus profond dont il faut trouver le nom, le nom juste. Règne de l’argent en tout ? Crise des valeurs ? Crise de la société entière ? En attendant meilleure formulation, j’avance que cette crise est une crise de nous-mêmes.

C’est pourquoi, c’est en nous et en nous tous, sans exclusive, que réside la solution. Mais avant tout, elle passe par un point central : il faut freiner, calmer la Passion de l’Illimité ou du moins il faut qu’elle se calme. Elle doit lire, en silence, dans la pondérance, et avec l’Histoire, les résultats du scrutin du 28 avril 2019. Dans l’abstention record d’environ 80%, il y a la colère des pauvres déguerpis, des licenciés, des étudiants ; la colère des cadres de l’administration, des enseignants ; la colère des médecins, des professeurs d’université et des magistrats ; le malaise de certains opérateurs économiques ; le sentiment de nombre d’entre eux d’être humiliés à tour de rôle ; la résignation d’honnêtes gens condamnés au sort du jetable, qui ne souhaitent plus rien, n’espèrent plus rien, épaves humaines en errance qui attendent juste la dernière heure… Dans les bulletins nuls, il y a le silence opposant des obligés par les positions professionnelles, administratives et politiques. Ces colères étaient démocratiquement patientes parce qu’elles attendaient le moment par excellence de s’exprimer en dignité : les élections libres, inclusives et transparentes. Mais la passion de l’illimité les en prive.

Faire semblant de ne pas avoir cerné ces colères et poursuivre dans la rectitude actuelle ne feraient que reporter à brève ou plus ou moins longue échéance le pire. Au Dahomey, au Bénin comme ailleurs, hier comme aujourd’hui, c’est peu, trop peu de contrôler et de mater les corps quand on n’a pas les faveurs des cœurs et des esprits… Mieux, en situation critique, tout est fluide, tout se liquéfie vite. Et surtout, les faucons ne sont pas toujours meilleurs aux cons. La Passion de l’Illimité doit le savoir et s’ouvrir aux autres, à tous les représentants authentiques de la totalité sociale.

La passion de l’illimité a l’illusion d’avoir maîtrise sur le temps, d’avoir tous les leviers en mains et fonce. Elle a l’illusion qu’elle cerne tout, qu’elle vaincra tout et tous. Car, pour elle, tous les autres pensant autrement qu’elle, sont cons, plus cons que les faucons qui pourtant ne sont pas toujours meilleurs aux cons. Mais l’Histoire dit : « C’est beau, mais c’est faux » ! L’art d’être chef n’est pas l’art d’avoir toujours raison et force sur tout et sur rien… On ne plie pas l’Histoire à soi, on négocie avec Elle sa voie…

A ceux que les basses jouissances de petits strapontins éphémères enivrent, et qui se sont rendus complices de ce qui nous terrifie aujourd’hui ;

A ceux qui, hier, étaient, par nous et par presque tous respectés, objets de nos admirations et de nos prières mais qui, aujourd’hui, étranges et méconnaissables, au-delà de nous avoir trahis, nous font peur, et nous font avoir honte et peur de nous-mêmes ; à ceux-là, prière, prière encore, prière toujours… !

A ceux qui sont tourmentés, en sang, en deuil, en larmes, en peur, en questions, par le terrible inhabituel qui nous assaille, qu’ils s’accrochent, debout, à l’espérance active, soutenue et généreuse pour la paix. Mais la paix inclusive…

Expédit B. OLOGOU,Abomey-Calavi, le 04 mai 2019.

Voir les commentaires

20 Commentaires

  1. Commenter : La Passion de l’Illimité se croit tout permis et donc tout contrôler sous le pouvoir de l’argent, par son arogance ou par sa voix de panthère ou de lion ? Elle a corrompue quelques personnalités sur qui on comptait qui aujourd’hui sont devenues ses exclaves à opinion dominé. Mais elle oublie que le peuple béninois est bien déterminé plus que jamais à la renversser d’ici là. Notre démocratie est en péril et il faudra que le ou les responsable(s) soit rayé(s) dans l’histoire du pays afin de préserver les valeurs du pays. Merci Mr OLOGOUN pour l’effort fourni.

  2. Monsieur OLOGOU, je viens de relire votre article aux lendemains des présidentielles de 2016. Je crois qu’il faille le reéditer. J’en fournis ici un extrait à ceux qui sont amnésiques: “Ce propos du peuple doit être tenu en résonance dans l’histoire. Il s’adresse à Patrice Talon. La sentence du 20 mars est biblique. Le peuple Dieu ne veut pas la mort du pécheur. Entre l’ange qu’on lui vendait, qu’il ne connaissait pas et le diable qu’on lui peignait en noir, le peuple a préféré son diable qu’il connaît avec ses vertus et ses vices. Là sont le salut, mais aussi l’enfer et le talon de Patrice.
    Son échec sera plus retentissant s’il fait tout ça pour gouverner légèrement mieux que Boni Yayi. C’est par lui que le peuple a donné la belle leçon d’humilité à Yayi. Alors quand il s’agira de son tour, lui Talon, on s’imagine que le peuple histoire sera encore plus foudroyant. Ce peuple, celui du Bénin n’est pas qu’électeur, c’est un peuple vigilant, un peuple surveillant, un peuple véto. Avec lui, Boni Yayi l’a appris à ses dépens. Et Talon est témoin et averti.”
    Apparemment, notre “Enfant Prodigue” n’a pas compris la sentence de 2016. Il était pourtant averti; et cependant, il s’entête, il s’enfonce et défie ce Peuple-Dieu qui a pris parti pour lui contre son “Frère Aîné”…

  3. Commenter : pourquoi nous allons lui refuser de dire ce qu’il pense???
    c’est son plein droit.
    mais, je dis et je répète que nous ne sommes pas les seuls connaisseurs.
    ce n’est pas parce que je suis du camp adverse que je dois me considérer comme le plus intelligent et prendre l’autre comme un clochard,

  4. Comment dire…Les diseurs de conte faisaient partie du decors des rois au même titre que les poètes agrémentaient les nuits tourmentées des princes de la Grèce Antique de leurs vers. Sauf que nourrir 13.000.000 d’âmes dont les 70% ont moins de 25 ans demande tout sauf les vers enflammés d’o.bscurs rhéteurs.

    • Nourrir 13 millions d’âmes!
      Mais depuis quand l’Etat s’occupe de donner du travail pour ne pas dire à manger à la population?
      Vous devez vous relire avant d’envoyer vos posts…

      • Oui j’imagine bien que les fonctionnaires sont payés à partir de vos comptes en banque perosnnels et que les nombreux PIP en cours sont financés par votre patrimoine familial.

  5. Merci Expedit Balogoun! Pou compléter soutenir votre ultime appel à la modération et à l’humilite dans l’exercice de tout pouvoir, je reproduis à toutes fins utiles le corpus de la lettre qu’adressa le très respectable Cheikh A Ahmadou Bamba à Samba Laobé, Roi du djoloff pour lui prodiguer de sages conseils.

    Sache que le pouvoir que tu détiens actuellement en ce monde ne t’est parvenu qu’après avoir été soustrait des mains d’autres rois comme toi qui t’ont précédé. Et qu’un jour viendra où ce même pouvoir te seras repris des mains pour être cédé à d’autres rois qui te succéderont. Donc s’il arrive certains jours où la vie te semble favorable et t’assiste contre tes adversaires, sache qu’il en sera d’autres ou elle favorisera tes adversaires contre toi. Et si quelques fois elle t’a fait rire, quelques fois aussi elle te fera pleurer. Que donc la joie qu’elle t’inspire ne t’abuse pas car ce monde est, par nature, trompeur et fourbe. Et il arrive souvent qu’il se retourne brutalement contre toi pour te leurrer et te faire tomber dans son piège.
    Ainsi, je te recommande de toujours persévérer à assister les plus faibles, les pauvres et les nécessiteux, et de ne jamais tomber dans la tyrannie et l’injustice car « tout homme injuste le regrettera un jour » et « tout tyran assurera sa propre perte ». N’oublie jamais que la puissance que tu détiens et toutes les faveurs qui en découlent, ne te sont en vérité parvenues qu’à travers la mort d’autres personnes qui les détenaient avant toi et du fait que ces mêmes faveurs se sont départies de ces dernières pour de bon. Par conséquent, attends-toi à ce que ces mêmes privilèges te délaissent un jour de la même façon qu’ils te sont parvenus. Fais donc preuve de persévérance dans les actes qui te seront utiles dans les deux mondes, ici bas et dans l’au-delà avant que tu tournes un jour définitivement le dos à ces avantages ou bien que ceux-ci se détournent à jamais de toi.
    C’est ici que s’achèvent les recommandations que je te donne ; si jamais tu consens à t’y conformer, ce sera à ton profit, autrement (tu en assumeras les conséquences ) car « Nous appartenons tous à DIEU et c’est vers Lui que nous retournerons »….

    • De l’essence des choses visibles à ceux qui ne se laissent pas aveugler par l’Illusion, l’Ego.

      Ecrit de la même veine que les rhéteurs 🙂 du monde antique sans cesse relus – par les plus grands du monde (Alexandre le Grand, César, Louis XVI, Churchill, de GAULLE, Kennedy, Einstein…) – à travers les âges depuis l’antiquité (Platon, Socrate, Pythagore…).
      C’est de la pensée et des écrits de sagesse contenus dans ces “contes” qu’il ont trouvé chacun à son époque, les clés pour régner sur le monde et leur époque.

  6. Monsieur OLOGOU, merci pour ce bel article! Il ranime ma jeune espérance que tout n’est pas pourri au Bénin.
    Je conviens aussi avec vous que nous sommes en crise; mais pour moi, il s’agit d’une crise de sens et d’être, une crise anthropologique jamais égalée. Toutefois, j’espère que le “Peuple-Dieu” n’a pas encore dit son mot. Pour l’instant, il observe, il compatit et espère que la passion de l’illimité sera transitoire et que son “Fils prodigue” finira par rentrer au bercail de la raison, de la limite et du sens. Avec le Peuple-Dieu, moi aussi j’espère d’une ferme espérance!

  7. Oui! article intéressant à plus d’un titre surtout quand il parle de la passion de l’illimité qui n’est rien d’autre que de la connerie humaine.
    Il me vient à l’esprit cette fameuse phrase d’Albert Einstein qui est “” Deux choses sont infinies: l’univers et la bêtise humaine, en ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas acquis la certitude absolue””.

  8. Mr Ologou, vous avez la plume on le sait.Mais vous auriez mieux fait si vous avez pu contenir votre versatilité.Des jeunes comme vous qui veut un poste et une fois là , on demissione…tchikoyi

    • Il a démissionné parce qu’il n’a pas voulu être complice de ce qui s’est passé. Il a démissionné parce qu’il n’a pas voulu se contenter de basses jouissances pour se taire et avaler goulûment les sales besognes que les thuriféraires du régime de la rupture sont prêts sans aucune dignité à accomplir.
      Auriez-vous vu l’un d’entre eux dire et écrire ce que le jeune Ologou vient de nous gratifier?
      Bon vent à toi et courage! Et que jamais l’amour des peccadilles ne t’aveuglent.

  9. Mon cher journaliste, quelle responsabilité as-tu assumée un fois dans ta vie? C’est trop facile pour toi de trouver des poux sur une tête rasée. Nous devons envoyé des pensées de lumière et des prières à nos dirigeants car avouons-le ce n’est pas facile. Prenons déjà le petit cercle familial avec ses contradictions et venons-en à toute une nation.

    • Toi, laquelle as-tu assumée ?
      Quel que soit le niveau de responsabilité qu’on assume, si on n’est pas capable de donner un champ d’expression à toutes les opinions, si on n’est pas capable de convaincre par la présentation d’un projet clair, si on est obligé d’user de ruse, de rage et de chars, contre ses administrés, c’est qu’on a une carence en leadership et on est donc un mauvais chef. Point barre.
      A ce jour, Talon aura été le pire Président de notre histoire. Fasse Dieu que ce soit le dernier.

  10. Démocratie donne à manger? Je préfère le développement à la démocratie. Et d’ailleurs que comprenez-vous de la démocratie?

    • Vous n’avez encore rien compris, vous. Développement vous avez dit? Bientôt, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer.
      Continuez à ne penser qu’à votre ventre.

    • Tout le monde n’est pas klebe. C’est le seul métier qui trouve à manger dans une dictature. Bon appétit à toi donc. Nous on veut la démocratie, car nous savons travailler pour nous nourrir.

  11. Waoh!….. beau texte…… Tout y est…… Félicitations à son auteur qui a fais preuve de professionnalisme.

  12. Merci Mr OLOGOU, après Robert DOSSOU, Joël AÏVO et d’autres, nous attendons la prise de position publique des intellectuels béninois.

    Car ce qui se joue aujourd’hui, c’est l’avenir de notre pays. Le combat doit être aussi intellectuel, le peuple a montré sa résistance, sous le leadership des anciens Chefs d’Etat YAYI BONI et Nicéphore SOGLO.

    La société civile doit clairement se démarquer du despote qui détruit notre modèle démocratique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom