Les élections européennes approchant, Steve Bannon, ancien conseiller spécial de Donald Trump, s’impatiente. Ce dernier, qui tente de fédérer les populistes Européens, espère voir la droite dure réaliser d’excellents scores lors de ce scrutin. Après avoir réussi à fédérer les États-Unis derrière son projet, ce dernier tente donc d’étendre son influence.

Loading...

Actuellement à Paris, ce dernier assure qu’il s’agit, et de loin, du pays le plus important à ses yeux. En effet, la France représente un véritable symbole, le Royaume-Uni ayant perdu tout crédit et influence à cause de son histoire de Brexit. Cette position de leader européen et surtout, de terre fertile au populisme, la France la doit principalement à son élection de 2017. À l’époque, Trump est élu, un véritable mouvement nationaliste se met alors en marche, permettant à Matteo Salvini et Nigel Farrage de se faire entendre. Marine le Pen, elle, arrive au second tour des présidentielles avant de se faire battre par Macron. Ces Européennes représentent aujourd’hui un véritable référendum sur lui sa vision de l’Europe.

Bannon tente de fédérer la droite européenne

Si la liste RN venait à passer, il y aurait alors une véritable alternative structurée qui commencerait à se mettre en place. Avec une Italie très portée à droite, l’Europe peut également compter sur Orban en Hongrie, la République Tchèque ou encore sur Kurz en Autriche. Si certains refusent toutefois de collaborer ensemble, ce qui est notamment le cas d’Orban qui ne souhaite pas travailler avec Marine Le Pen, les idéologies sont là. Toutefois, Bannon espère réussir à faire passer un cap à ces leaders. Celui qui se présente comme un “conseiller informel“, aide et conseille bénévolement afin que ses idées et son projet aient un réel sens.

Un élan populiste, qui aidera Trump en 2020

Le Rassemblement national lui, semble ainsi tailler pour s’imposer comme étant la locomotive du populisme en Europe. Selon Bannon, s’il continue dans sa lancée, le parti d’extrême-droite pourrait même accéder au pouvoir. “Elle a remonté le parti. Elle sera une candidate incroyable si c’est son choix à la présidentielle“. D’ailleurs, Bannon en est persuadé. La campagne à la présidentielle va débuter le 27 mai prochain soit au lendemain des résultats des Européennes. Si Macron venait à perdre, la politique française serait alors réinitialisée. D’ailleurs, les résultats des prochains jours joueront un grand rôle aux États-Unis, puisque Trump pourrait alors surfer sur l’élan populiste, comme il a su le faire avec le Brexit pour sa première élection.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom