La paix n’est pas pour très bientôt en Libye et plus précisément autour de Tripoli. C’est du moins ce qu’il convient de retenir de la rencontre qu’il y a eu ce mercredi 22 mai entre le maréchal libyen Khalifa Haftar et l’actuel locataire de l’Elysée. L’homme qui ne reconnaît pas l’autorité du gouvernement d’union nationale dirigé par le Premier ministre Fayez al-Serraj estime que les conditions pour le cessez-le-feu ne sont pas réunies.

Loading...

Le GNA phagocyté par les milices selon Haftar

Selon les informations qui ont filtré de la rencontre entre les deux hommes, le maréchal Haftar serait conscient de l’importance d’un cessez-le-feu. Mais le seul problème est qu’il estime que «le GNA est entièrement phagocyté par les milices et que ce n’est pas à lui de négocier avec les représentants de ces milices ». Pour lui, dès que les conditions seraient réunies, il pourrait participer à une discussion politique inclusive. « Lorsque la question du cessez-le-feu est mise sur la table, la réaction du maréchal Haftar est de demander ‘avec qui négocier un cessez-le-feu aujourd’hui ?’ » confie une source proche de l’Elysée à l’agence de presse française.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom