Depuis plusieurs années maintenant, le Nigéria est confronté à des problèmes de sécurité. La secte islamiste Boko Haram a implanté ses bases au Nigéria et elle mène régulièrement des incursions armées sanglantes dans le pays et aussi sur le territoire des pays voisins, notamment ceux bordant le bassin du lac Tchad. Muhammadu Buhari qui a été élu pour un second mandat à la tête du Nigéria peine à lutter efficacement contre cette secte au grand dam des populations locales.

Loading...

En plus de Boko Haram, d’autres groupes essaient de semer le désordre au Nigeria. Tout récemment, un haut cadre de la police de l’État d‘Enugu a indiqué que 140 membres du mouvement des peuples autochtones du Biafra (IPOB) ont été arrêtés dans la ville de nsukka toujours dans l’État d’Enugu.

Exposition d’objets interdits et chants hostiles 

Parmi les membres du mouvement séparatiste pro-biafra qui ont été mis aux arrêts, on compte 130 hommes et 10 femmes. D’après la police, ces individus ont été arrêtés pour avoir  organisé une procession illégale exposant des objets interdits dans la rue. En plus de cela, il leur est reproché d’avoir entonné des chants très hostiles contre la nation.

Les membres du mouvement séparatiste pro-biafra sont désormais entre les mains de la justice. Les hauts gradés de la police en ont profité pour lancer un appel aux populations, afin qu’elles se conforment aux lois en vigueur pour éviter toute situation dommageable. 

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom