Le président de l’Union progressiste (UP) du Bénin rencontre ce samedi 25 mai 2019 à Paris, les Béninois de la diaspora. Mais probablement, il n’aura pas grande écoute, du moins, pas celle de ces Béninois membres ou qui reconnaissent le Collectif pour la sauvegarde de la démocratie au Bénin (CSDB).

«Qu’on ne se moque pas de nous ; qu’on ne se moque pas du peuple béninois» affirme le Coordonnateur principal du Collectif pour la sauvegarde de la démocratie au Bénin (CSDB), Valérien Yèhouénou à l’annonce de la visite à Paris ce jour, du président de l’Union progressiste (UP) Bruno Amoussou pour rencontrer les Béninois de la diaspora.

Reçu en invité – par téléphone- de journal sur radio Sêdohoun de Toffo au Bénin, Valérien Yèhouénou fait croire qu’ils –les Béninois de la diaspora- n’auront pas une vérité auprès de leur visiteur sur la situation actuelle au Bénin. Une situation, rappelons-le, née des élections législatives ouvertes exclusivement aux deux blocs politiques de la mouvance présidentielle dont l’UP. Une situation aussi de violation des droits de l’homme. «Il n’y a pas de réponse à attendre de Amoussou» affirme le coordonnateur du CSDB.

Expliquer à Paris les élections exclusives ?

Il est en effet annoncé que Bruno Amoussou défendra ces élections et les actions du pouvoir à Paris. «Il sera question pour lui de faire le bilan des dernières législatives, des difficultés afférentes et des perspectives de l’Union Progressiste pour la consolidation de l’Etat de droit au Bénin» écrit le journal béninois l’événement précis.

«Le président Bruno Amoussou profitera de cette sortie pour exposer aux Béninois de l’extérieur, la vision de gouvernance actuelle, les tenants et les aboutissants des législatives du 28 avril dernier» ajoute le média. C’est une sortie que le Coordonnateur principal du CSDB «inscrit dans le même registre que les sorties médiatiques de Talon». Il n’y espère rien de nouveau et annonce que l’organe qu’il dirige poursuivra ses démarches pour la restauration de l’état de droit et de la démocratie au Bénin.

25 Commentaires

  1. Vos leaders n’ont rien à cirer de la démocratie que vous défendez. Je vous plains.☺Savez vous qu’ils sont prêts à accepter l’agression de notre pays par les puissances étrangères juste pour retrouver leur carrière de députés? Réveillez vous pour permettre à ce pays de décoller. Les vrais apatrides on les connaît maintenant. Ils sont capables de faire un pacte avec le diable pour retourner à l’assemblée.

    • Je me demande plutôt lequel des deux camps (leaders de la mouvance et leaders de l’opposition) a fait un pacte avec le diable pour que les succès démocratiques obtenus si chèrement en 1990 soient aujourd’hui foulés, bafoués et banalisés à la façon des Cow-boys du Far-West. Et juste pour rappel, ne confondez pas les apatrides post 26 octobre 1972 et les apatrides post 28 avril 2019 (bien que les causes et les effets ne soient pas si différents). Dans le premier cas, il fallait arrêter une dérive militaro-marxiste qui inhibait tout débat politique national autorisant des idées politiques contraires à celles du marxisme-léninisme. L’agression armée du 16 janvier 1977 a peut-être effectivement été soit commanditée soit applaudie par les apatrides post 26 octobre 1972. La pensée politique unique qui semble avoir été instaurée dans notre pays dans le cadre des élections législatives du 28 avril 2019 appellera elle aussi forcément à des contestations diverses et diversifiées qui vont générer des effets dont nul ne peut encore prédire la nature.

  2. Je voudrais inviter Mr Valérien Yehouenou à créer un comité de réflexion et de défense des réformes nécessaires pour le décollage de notre pays qui a tourné en rond pendant près de 30 ans de démocratie. Ça me fait un pincement au coeur quand je vois des gens qui vivent dans des pays développés et qui n’ont aucune ambition pour leur pays. Le CSDB ne sera d’aucune utilité pour le peuple béninois car ce peuple n’a pas un problème de démocratie. Si pour le CSDB, faire des réformes est nuisible à la démocratie, je me demande s’il y en a parmi eux qui ont visité quelques villages de leur pays pour faire l’état des lieux. Le vrai problème actuel du peuple béninois est un problème de développement. Est ce que le CSDB s’est au moins une fois poser la question de savoir pourquoi le peuple béninois n’a pas répondu à l’appel de ces partis d’opposition en investissant les rues pour dire non au Président Talon ? Est ce que le CSDB a fait une fois l’exercice de comprendre le mutisme des centrales syndicales? Est ce que le CSDB comprend pourquoi les partis d’opposition face au silence du peuple ont été obligés de recruter des délinquants pour incendier le pays? Est ce que le CSDB comprend ce pourquoi les partis d’opposition ne comptent plus sur le peuple béninois dans leur lutte et se voient obligés de faire appel à l’intervention des puissances étrangères? En essayant d’avoir des réponses à toutes ces questions, le CSDB comprendra aisément que sa lutte n’est pas celle du peuple mais celle des députés marchands chassés de l’assemblée nationale et des “exilés” qui n’ont pas voulu répondre de leurs forfaits.

    • Ça se voit que pour vous le développement c’est qu’un autocrate remplissent ses poches et ses comptes et ceux de ces amis dont vous faites surement parti en affamant et en maintenant la grande masse des 90% dans la misère. C’est triste mais la vérité a tjr triomphe sur la fourberie vous n’avez visiblement aucune notion du développement

      • Vous ne pouviez pas mieux exprimer ce que je m’apprêterais à répondre à ces avocats de la fourberie qui semblent totalement se foutre des conséquences sociologiques de cette prétendue «politique démocratique et progressiste de la rupture». Aucun développement national ne saura durer dans le temps s’il ne repose sur des principes de Droit et sur des valeurs socioculturelles et politiques favorisant l’adhésion collective et naturelle de tous les citoyens et citoyennes à une cause commune. Nous ne sommes même pas encore parvenus à intégrer le concept d’État-Nation dans toutes ces dimensions. Nous avions commencé petitement à le faire à partir du Renouveau démocratique de 1990. Pour encore beaucoup de citoyens béninois aujourd’hui, l’ethnie ou la tribu passe avant la Nation. Le Adja qui guerroyait constamment avec le Guédévi se voit dire un certain 1er aout 1960 qu’ils sont devenus subitement tous les deux concitoyens et doivent vivre et mourir ensemble pour une même bannière tricolore et rectangulaire dit drapeau. Une citoyenneté acceptée collectivement et avec fierté est probablement un des premiers gages fondamentaux de réussite pour toute jeune Nation qui aspire à durer dans le temps. Qu’après seulement 30 années d’apprentissage du véritable vivre ensemble citoyen, politique, national encadré par des principes de droit et de sociologie élaborés par le législateur (supposé élu et non pas de façon autocratique et arbitraire), nous revoilà en train de nous questionner de nouveau sur le bien-fondé de ce système politique supposé se démarquer de nos systèmes politiques tribaux et autocratiques d’antan. Le Bénin a amorcé un nouveau tournant politique dangereux le 28 avril 2019. Sagbohan Danialou chantait que notre armée était «l’armée la plus populaire de la sous-région». Qu’en chanterait-il aujourd’hui après les massacres des 1 et 2 mai 2019?

        • Mr SBIKO votre analyse n’a fait qu’alligner des contradictions . Voulez me dire qu’au temps de la révolution il n’y avait pas le vivre ensemble? Au contraire c’est à partir de 1990 que les problèmes de vivre ensemble se sont accentués avec la création des partis régionaux. Et c’est justement ce problème que compte résoudre la réforme du système partisan qui oblige les partis à être nationaux et se doter d’idéologie. C’est juste parce que quelques délinquants refusent d’y adhérer que c’est mauvais? Les colons vous avaient ils consulté avant de procéder au découpage territoriale? Est ce à dire que cela le Bénin ne pourra jamais se développer? Je voudrais que les gens raisonnent avec leurs têtes plutôt qu’avec leur couleur. Je ne suis pas un politicien, je suis juste un observateur de la vie politique.

          • Je conçois que exprimer de façon très brève plusieurs grandes idées en même temps n’est jamais tâche facile. Mais je ne vois pas ou se situe les contradictions que vous dénoncez. Premièrement, s’agissant du temps de la Révolution, il serait malhonnête de ne pas reconnaitre que cette période de notre histoire politique a grandement contribué, entre autres, à éveiller les consciences, à lutter contre le régionalisme, l’ethnisme, le tribalisme qui sont autant de freins au vivre ensemble. Mais nous parlons de la libre expression publique des idées politiques autres que celles imposées par l’État marxiste-léniniste. Nos compatriotes anti marxistes-léninistes avaient généralement trois choix possibles : changer de veste politique, condamnés à l’exile ou finir dans les geôles terrifiants de l’État. Pouvait-ton parler de vivre ensemble réellement? Vous avancez ensuite que c’est plutôt le renouveau démocratique qui serait à l’origine du système partisan favorisant donc une prolifération d’idéologies diverses et néfastes au développement. C’est votre thèse mais je ne crois pas que ce forum soit l’endroit approprié pour en débattre efficacement. Vous traitez de délinquants les opposants qui n’ont pas accepté d’adhérer à une réforme qui limite la quantité et la diversité des opinions politiques pouvant s’exprimer démocratiquement. Si c’est cela être un délinquant, cela n’engage que vous. Vous dites que les colons ne nous ont pas consultés avant de partager l’Afrique. Justement, le colonialisme s’installe après une soumission militaro-idéologique totale. Lorsqu’on sort les chars dans la ville contre une population civile voire tirer à balles réelles sur des citoyens qui contestent un projet politique jugé anti-démocratique, cela n’est pas moins violent et moins coercitif que le colonialisme. Bref, pour conclure, ce n’est pas parce qu’on dénonce une réforme injuste et anti-démocratique qu’on est systématiquement un délinquant réfractaire au développement de son pays.

      • Fuel Energic ceux qui ont affamé le peuple sont les exilés que vous défendez qui sont devenus milliardaires en 2 ans de gestion sans entreprises . Lorsque vous allez comprendre, j’espère qu’il ne sera pas trop tard pour vous. Il n’y a pas pire apatrides que ceux qui sont prêts à tout pour sauver leur carrière de députés. Des gens qui font appel à des interventions étrangères pour sauver leur dagbali.

        • Ça se voit que, soit vous ne savez absolument rien de la fortune personnelle (acquise non pas hors et en dehors du Bénin mais grâce à des faveurs politiques extraordinaires obtenues auprès des gouvernements béninois successifs depuis un bon bout de temps) de l’actuel premier magistrat du Bénin, soit vous avez profité aussi…ou profitez encore de cette fortune, sous d’autres formes. Jouer à l’autruche par cupidité, hypocrisie, narcissisme ou malhonnêteté est une pratique quasi naturelle en politique au Bénin.

  3. Bruno Amoussou,
    Au lieu de te lancer dans une campagne post électorale de la honte, tu rendrais service à tes concitoyens en allant d’abord te confesser auprès des évêques de la conférence epicospale car tu fais partie de ceux qui détiennent la vérité des faits et des coups montés dans l’organisation bancale des élections source de polémiques et de confiscation du pouvoir législatif.
    Pouvoir au peuple ! Tout le pouvoir au peuple!
    Soutien au CSDB.

  4. Il y a toujours des cerveaux diesel qui comprennent pas vite. Il faut pas perdre assez de temps en explications cher Président Amoussou.

    • Votre cerveau kérosène à vous s’enflamme peut-être beaucoup plus vite que ceux diesel, mais la résistance, la solidité et la durabilité des moteurs diesel ne sont plus à démontrer. Mais de quelle réforme parlez-vous donc? La réforme du concept du pluralisme politique? Le temps de l’Allemagne hitlérienne «gestaporisée» qui conciliait réformes progressistes et autocratie est révolu à jamais.

  5. Si vous n’avez pas encore compris la réforme du système partisan, restez là à ruminer votre colère. Le Bénin fera désormais des pas de géant par réformes en vous laissant dans l’immobilisme. Ce sera peut être trop tard pour vous quand vous aurez compris.

    • Un géant aux pieds d’argile ?
      Un développement durable ne peut se faire sur fond d’autocratie et de tensions. La paix dans la peur est une bombe à retardement dont l’explosion risque d’effacer tous vos supposés pas de géant aux pieds d’argile

  6. J’ai cherché en vain sur le Web les coordonnées du CSDB pour une éventuelle donation…ou adhésion. Je passe par la Nouvelle Tribune pour demander au Coordonnateur du CSDB d’y penser sérieusement. Meilleure coordination, meilleure organisation et excellente communication organisation sont des gages solides de réussite.

  7. Bruno Amousou à Paris. Je croyais que c’était une blague quand j’ai reçu la semaine dernière une invitation spam par Email de la part de l’Union Progressiste qui n’est rien d’autre pour moi que l’Union de Régression du Bénin.
    Ces gens-là continuent de se moquer de nous en nous prenons sans doute pour des benêts.

  8. Cher président Amoussou, ce qui est sûr vous n’aurez pas l’écoute des gens qui seraient entrenus par les milliards volés au pays. Il paraît que c’est seulement les exilés qui ont leur écoute.

  9. Hum, Bruno Amoussou, notre Dadjê national, _______ qui traîne des casseroles(scandale de la BCB).
    Bon sang que vient-il chercher à Paris? Qu’il retourne auprès de son nouveau maître _____.
    Du reste lui et son patron seront informés le moment venu.

    Bon week-end

    • Grand merci, Avouhan, tu es un analyste perspicace. J’espère qu’il vous lira et comprendra, autrement il risque d’être dans l’erreur.
      Depuis St jean à Cotonou

  10. Des gens qui ont espéré toute leur vie être président et qui ne le seront jamais vus les causes qu’ils défendent et le comportement dans la classe politique des gens qui ne cherchent qu’à vivre à l’ombre qui ont les mains dans tous les gouvernements ”politicien frivole”. Il va chercher quoi en France? Quand vous ils composaient leur cocktail fatal ils ont pensé à la diaspora ? Ils les ont une seule fois écouté ? Chercher à expliquer quelque chose? Maintenant on nous parle d’explication et blablabla… Pendant qu’il y est il n’a qu’à profiter pour faire un check-up sur sa santé car bientôt peut être son parti va encore aller voir ailleurs… Vous ne tromperez que des moutons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom