Un triple attentat suicide à la bombe se produisait ce 16 juin 2019 devant une salle de fêtes de Mandarari, à 38 km de Maiduguri, capitale de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria. Trois kamikazes ont déclenché leurs explosifs, faisant une trentaine de victimes. En une sorte de défi au programme sécuritaire renforcé de la nouvelle administration Buhari.

Le président Buhari s’en remet à la justice divine

Les terroristes seraient au nombre de trois dont deux femmes et un homme. Selon  des témoignages recueillis sur les lieux de l’attentat ; les kamikazes se seraient mis en cercle en se faisant face, faisant presque simultanément exploser des IED, engins explosifs improvisés, non loin d’une salle de fête du village de Mandarari. Selon Usman Kachalla, directeur des opérations de recherche et de sauvetage à l’Agence de gestion des urgences de l’État de Borno, l’explosion se serait produite à exactement 20 :50 ce Dimanche, faisant 30 victimes confirmées dont un agent de la police mobile et 42 blessés déclarés.

Le président Muhammadu Buhari, ce lundi, par l’intermédiaire de Femi Adesina, Conseiller spécial de pour les médias et la publicité, dénonçait, « les actes odieux et pervers »  des terroristes qui devaient assurément s’attendre à être jugés par la Loi, mais également  par la Justice « de Dieu Tout-Puissant », implorant par le même canal que « Dieu accorde aux âmes des défunts le repos éternel et réconforte leurs familles ». Bien que l’attentat n’ait pas encore été revendiqué de nombreuses voix s’élèveraient pour indexer le groupe terroriste islamique Boko Haram et la branche sanglante de Abubacar Shekau.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom