L’actuel locataire de l’Elysée était bien présent à Genève ce 11 juin 2019, dans le cadre de la conférence annuelle sur le Travail initiée par l’Organisation internationale du travail. Mais le discours de Macron n’était pas trop joyeux même si l’organisation qui a vu le jour en 1919 au lendemain de la Grande Guerre fête son centenaire. Le chef de l’Etat français s’est évertué à faire un procès à l’OIT notamment sur le « capitalisme fou » qui règne en maître au sein des politiques que mène l’institution. Il n’aura pas fait non plus de cadeaux au Fonds Monétaire International ainsi qu’à l’Organisation Mondiale du Commerce.

Loading...

La situation peut engendrer une guerre selon Macron

Dans ce discours qu’on aurait à peine exagérer à qualifier d’acerbe, on peut retenir fondamentalement que le président français demande plus de justice sociale contre ce qui se passe actuellement. Il a plaidé pour une « économie sociale de marché où chacun trouve sa part » au détriment de la « captation des richesses par quelques-uns ». « Quelque chose ne fonctionne plus dans ce capitalisme qui profite de plus en plus à quelques-uns. Je ne veux plus que nous considérions que le sujet d’ajustement économique et de la dette prévaut sur les droits sociaux » a déclaré le chef d’Etat français. Pour Emmanuel Macron, la crise que traverse le monde peut dégénérer facilement en une « guerre et à la désagrégation des démocraties ». Aussi, propose-t-il que les pays soient dotés d’ici 2030 d’un système de protection sociale pour tous.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom