The Voice : la plus belle voix, une émission de téléréalité française sur le thème de la musique, connaitra ce jeudi l’apothéose de sa huitième saison. Une finale que l’équipe de réalisation aurait voulu haute en couleur, invitant des stars jeunesse de plusieurs générations, dont la plus récente serait, Aya Nakamura, le phénomène féminin français d’origine malienne.

Une petite consécration pour Aya…

Née à Bamako en 1995 dans une famille de griots, Aya Danioko, alias ‘’Aya Nakamura’’ a passé son enfance en France. Behavior, Girlfriends ou Dot sont autant de titres qui auraient contribué à son succès. 335 millions de vues sur Youtube pour son single ‘’Djadja’’ ; 150 000 albums vendus en 2018, Top 15 la même année des albums vendus en France dans la catégorie «rap et musique urbaine». Les paroles de chansons simples et souvent acerbes, « parfois féministes », serait la marque de fabrique de Nakamura qui lui aurait permis jusqu’aux Pays-Bas, qui n’avaient pas vu les ventes françaises monter depuis Édith Piaf, de faire un disque d’or.

Une excellente année donc pour la jeune femme, et pour couronner un tel talent et autant d’efforts, la réalisation de The Voice, trouve que la jeune artiste de 24 ans avait déjà de la matière à revendre ; et la choisissait pour être, comme coach, au prime time de la finale de la saison 8 ce jeudi, aux côtés d’autres grands noms de la musique française, tels, Patrick Bruel , Florent Pagny et Matt Pokora. A cet titre, la ‘mère’’ de ‘’Djadja’’ aura donc « pour mission d’accompagner (…) un talent, pour l’emmener jusqu’à la victoire! ». Un honneur que certainement ne boudera pas, la chanteuse qui récemment encore disait ses difficultés à gérer sa célébrité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom