L’ancien président de l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire a dénoncé certains actes que posent les partisans du Chef de l’État ivoirien. Alors qu’il participait aux funérailles d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa en République Démocratique du Congo, Guillaume Soroa publié sur internet un texte dans lequel il faisait un procès aux collaborateurs d’Alassane Dramane Ouattara sur la discrimination qui est faite dans l’usage du salon d’honneur présidentiel. Il a regretté le temps du défunt régime où cet espace n’était pas seulement réservé à l’usage unique du président de la République et de ses partisans.

Loading...

Salon d’honneur, un lieu félichisé selon Soro

« Sous le régime actuel, le salon d’honneur présidentiel est devenu quasiment un lieu fétichisé, un Saint-Graal auquel n’ont accès que certains privilégiés triés sur le volet de l’exception rare. Quand tu n’es pas RHDP, ne t’y aventure pas. Pauvre de nous » a dénoncé le président du Comité Politique depuis le pays de Félix Tshisekedi. L’autre chose qu’a déplorée Guillaume Soro dans son texte est la perception qu’ont certains collaborateurs d’ADO. Pour lui, il y a une tendance à vouer un culte au président de la République. « Nous sommes en 2019 ; pas au temps de Louis XIV ! Qu’on s’entende bien. Pour moi, le Président de la République est un être humain ; ni demi-dieu, ni roi » a martelé l’homme politique ivoirien. Il indique que dans d’autres pays qu’il a parcouru d’autres responsables à part les partisans du président et le président ont accès au salon d’honneur. « Ils ne sont pas dans un culte ridicule de la personnalité qui veut actuellement que quand le PR a posé ses fesses sur un fauteuil du salon Présidentiel, personne d’autre ne devrait s’en approcher » a-t-il ajouté.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom