Entre l’Iran et les États-Unis, les tensions sont vives et bien réelles. En effet, depuis plusieurs mois, Washington a décidé d’accentuer la pression sur Téhéran en se retirant de l’accord sur le nucléaire, mais aussi et surtout en accentuant les sanctions économiques à son encontre. Face au risque d’escalade, le Japon a décidé de jouer les intermédiaires.

Mercredi dernier, le Premier ministre japonais Shinzo Abe était en visite à Téhéran. Un voyage d’un peu plus de 24 heures, qui aura permis au Japon de s’affirmer comme un nouvel intermédiaire entre les différents partis. Reçu en grande pompe par Hassan Rohani, le président iranien, Shinzo Abe est devenu cette semaine le premier chef du gouvernement nippon à se rendre du côté de Téhéran, depuis la révolution Islamique de 1979.

Le Japon, en intermédiaire

Proche de Washington, le Japon reste toutefois un allié de taille pour l’Iran qui, traditionnellement, a toujours entretenu de très bonnes relations avec le pays du Soleil Levant. Conscient de sa position privilégié, Shinzo Abe a confirmé son intention de jouer un rôle nouveau dans cette guerre des mots, assurant que son pays ferait tout afin d’aider à maintenir la paix et la stabilité dans la région. Pour ce faire, celui-ci a toutefois prôné un discours franc entre les partis. Ce voyage lui, permet également au Japon de consolider ses liens d’amitié avec l’Iran.

Mardi dernier, Shinzo Abe a également eu l’opportunité de s’entretenir avec le président Trump au téléphone. Au cours de leurs discussions, les deux hommes ont pu aborder le sujet du dossier iranien, poussant d’ailleurs certains experts à voir Abe comme le messager du président Trump. Des accusations balayées d’un revers de la main par plusieurs officiels nippons, qui ont assuré que leur représentant se rendrait du côté de Téhéran afin de faire valoir la voix japonaise et non la voix américaine. “Le but premier de la visite est de faire baisser les tensions” a par ailleurs insisté un haut responsable japonais.

Shinzo Abe, un rôle nouveau

L’Iran lui, devrait profiter de cette occasion pour rappeler sa position sur ce dossier, même si pour beaucoup, cela sera peine perdue. Le journal réformateur Sazangégui a par exemple publié une photo de Shinzo Abe en tenue de samurai, tenant dans ses mains un bouclier du héros MarvelCaptain America. Une manière de critiquer la proximité entre le Japon et les États-Unis. Toutefois, ce voyage permet au Japon de signer un retour fracassant sur la scène internationale. Des négociations concernant la hausse ds prix du brut ont également été annoncées, le Japon important 5% de son pétrole, directement depuis l’Iran.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom