Photographie de Alexey Kudenko / RIA Novosti via Getty Images / File

Le coup risque d’être dur à accepter pour les États-Unis. En effet, en pleine période de tensions économiques avec la Chine, Washington a appris que Pékin envisageait de sérieusement se rapprocher de Pyongyang. Pour la première fois en 14 ans, la visite d’un président chinois aura d’ailleurs lieu en Corée du Nord, ce vendredi.

En effet, c’est bien ce vendredi que Xi Jinping se rendra du côté de Pyongyang afin d’y rencontrer son homologue, Kim Jong-Un. Une visite inattendue puisqu’elle intervient plus de 14 ans après le dernier déplacement d’un président chinois en Corée. De par cette initiative, Pékin espère opérer un rapprochement express avec son voisin nord-coréen afin de peser encore plus dans les négociations sur le nucléaire et, pourquoi pas, prendre le pas sur Washington qui n’a pas réussi à résoudre cette question malgré deux rencontres organisées du côté de Singapour et de Hanoï, au Vietnam.

Pékin, pour peser dans les négociations

Critique envers le pouvoir nord-coréen et les essais nucléaires menés, Xi Jinping a finalement revu sa stratégie et s’est finalement ouvert à Kim. Depuis l’an dernier, les deux nations ont commencé à dialoguer au point de devenir de véritables alliés. Preuve s’il en fallait une, Kim s’est déjà rendu à quatre reprises en Chine. Lui promettant de lui rendre la pareille, Xi Jinping va donc s’exécuter en cette fin de semaine. Une visite organisée à quelques jours seulement du prochain G20 d’Osaka. « On ne peut pas ignorer la Chine et la Chine peut jouer un rôle très important » en ce qui concerne les négociations sur le nucléaire, a ainsi assuré Yuan Jingdong, expert de l’Asie-Pacifique à l’université de Sydney.

Une seconde visite pour Xi

À cela, s’ajoutent les tensions entre Pékin et Washington. Soucieux de prouver son rôle d’acteur majeur au sein de la communauté internationale, la Chine entend utiliser cette rencontre comme d’un levier contre son rival américain. Disposant de nouveaux atouts, Pékin pourrait ainsi utiliser cette prochaine visite, comme une monnaie d’échange dans ses pourparlers avec Washington. Une situation qui pourrait sérieusement agacer Washington, Trump n’aimant pas forcément se aire marcher sur ses platebandes.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom