Elena Valenciano, cheffe de la MOE-UE était en conférence de presse hier présenter son rapport final d’observation des élections présidentielles de février dernier. Elle a déclaré que l’application du parrainage « poserait des problèmes politiques et organisationnels sérieux  pour les élections locales ». Ces dernières sont prévues pour décembre prochain au Sénégal; 557 mairies sont concernées.

La position du ministère de l’intérieur

Dans son communiqué, le ministre Aly Ngouille Ndiaye estime que le parrainage a toujours existé dans la législation sénégalaise, elle a été appliquée aux partis politiques dans le but de rationaliser ce qu’il appelle « une inflation progressive des candidats aux élections locales» Le ministre de l’intérieur déclare que cette loi sur le parrainage a été instaurée par le peuple sénégalais et que lui seul serait en mesure d’y apporter des modifications en toute légitimité. Elena Valenciano avait également évoqué le « manque de confiance » des candidats de l’opposition au processus électorale lors des présidentielles de février.

19 candidats rejetés aux dernières présidentielles

La loi en question sur le parrainage des candidatures a été adoptée par l’assemblée nationale du Sénégal en avril 2018. Elle exige aux potentiels candidats d’obtenir au préalable des signatures des électeurs dans 7 régions avec 2000 parrains par région au minimum pour valider leur dossier de candidature. Dix neuf candidatures ont ainsi été rejetées au présidentielles de 2019. Il faut rappeler que les dernières présidentielles avant celles ci (2012) avaient vu participé quatorze candidats. Il était alors obligatoire de présenter 10 000 signatures d’électeurs.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom