Alors que l’ONU a officiellement mis en cause le prince héritier Mohammed Ben Salmane dans son rapport concernant la mort du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi, des extraits des discussions enregistrées quelque peu avant la mort de ce dernier, à Istanbul, ont été dévoilés. Macabres, ces échanges tendent à prouver que ce meurtre était bel et bien prémédité.

Nous sommes au mois d’octobre 2018. À cette époque, Jamal Khashoggi se rend du côté du consulat saoudien d’Istanbul afin d’y obtenir des papiers en vue d’avoir l’autorisation de se marier. Une fois sur place, ce dernier sera abattu par un groupe d’hommes arrivé directement depuis Riyad, quelques heures auparavant. Quelques instants avant de commettre l’irréparable, deux hommes échangent au sujet de la façon dont les choses vont se dérouler.

L’oNU dévoile un rapport glaçant

Est-ce qu’on pourra mettre le tronc dans un sac ?” se demande alors Maher Moutreb, l’un des présumés meurtriers de Jamal Khashoggi et conseiller du prince héritier Mohammed Ben Salmane. Son interlocuteur, Salah Al-Toubaigy, médecin légiste pour le ministère saoudien de l’intérieur lui répond alors que non, car celui-ci sera trop lourd. Soupçonné d’avoir démembré Khashoggi, Al-Toubaigy continue, assurant qu’il faudra dans un premier temps découpé les articulations, directement sur le sol. Il faudra ensuite que les morceaux du corps soient directement disposés dans divers sacs plastiques afin d’être emmenés plus facilement. À aucun moment le nom de Khashoggi n’est officiellement prononcé, toutefois, Moutreb demandera si “l’agneau du sacrifice” était arrivé dans les locaux.

Un enregistrement qui ne laisse pas de place au doute

Près de deux minutes plus tard, Khashoggi entrait alors dans le bâtiment pour ne plus jamais en sortir. Peu après son arrivée, il sera ensuite emmené au second étage du bâtiment, où il sera reçu par Moutreb. Les deux hommes, qui se connaissent, échangent rapidement. Moutreb demande à Khashoggi d’envoyer un message à son fils, “qu‘est-ce que je dois dire?” lui rétorque le journaliste, “À bientôt? Je ne peux pas parler d’enlèvement…”. 

Impatient, Moutreb l’invitera alors de se dépêcher, le mettant en garde. “Si vous ne nous aidez pas, vous savez ce qui vous arrivera en fin de compte. Faisons en sorte que cette affaire se termine bien”. Le reste de l’enregistrement se terminera par divers bruits sourds avant que le calme ne revienne. Des respirations sourdes et saccadées sont ensuite entendues, nous plongeant directement dans l’enfer de la situation, ne laissant que peu de place à l’imagination.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom