Une attaque qui pourrait rabattre certaines cartes. En effet, pour la toute première fois depuis le début du conflit, l’armée turque a officiellement bombardé les troupes de Bachar el-Assad, disposées au niveau des provinces de Hama et d’Idleb. Une initiative qui pose question, d’autant que cette attaque est survenue un peu à la surprise générale.

Tout a en fait débuté après que l’artillerie syrienne ait pilonné diverses positions d’observation turques, installées dans la province d’Idleb et dans le nord de la province d’Hama, il y a de ça deux jours. L’objectif de ces postes de surveillance était alors de s’assurer que la trêve passée allait être respectée. Toutefois, face à cette agression assez inattendue, la Turquie a décidé de représailles et s’en est ainsi prise aux forces pro-Damas qui l’ont attaqué.

La Turquie frappe les positions syriennes

En effet, accusée par les forces de Bachar el-Assad de soutenir  rebelles et djihadistes, l’armée Turque a vite décidé de répliquer, ne souhaitant pas laisser s’installer un climat de défiance encore plus pesant qu’il ne l’est déjà dans cette région. Durant plusieurs heures, des obus turcs se sont ainsi battus sur les positions syriennes. Une nouvelle épine dans le pied des forces gouvernementales qui, dans le même temps, tentent de reprendre la colline de Tall Mahal située au nord-ouest de Hama.

L’armée syrienne, occupée à avancer

Occupée par des extrémistes, cette dernière revêt d’une importance stratégique aux yeux de la coalition puisque celle-ci coupe littéralement la ligne de ravitaillement de l’armée syrienne. Ce weekend, une offensive a été lancée, conjointement avec la Russie, offensive qui s’est très mal terminée puisqu’une vingtaine de soldats syriens ont trouvé la mort tandis que cinq autres ont été capturés.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom