© EPA

Au Venezuela, la lutte est toujours d’actualité. En effet, l’opposant au régime, Juan Guaido, ne compte pas laisser Nicolás Maduro se reposer sur ses acquis et envisage toujours de renverser le pouvoir afin de proposer une nouvelle alternative au chavisme. D’ailleurs, de nouvelles manifestations sont attendues prochainement.

Ainsi, Juan Guaido entend maintenir la pression, et ce, à trois jours seulement de la venue au Venezuela de Michelle Bachelet, la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. Entre le 19 et le 21, cette dernière tentera de proposer une médiation aux parties engagées dans la lutte pour le pouvoir. L’ancienne présidente du Chili sera ainsi reçue par Maduro et devrait également visiter un établissement pénitentiaire.

Guaido appelle au rassemblement

Soucieux de faire voir la réalité des choses à cette dernière Guaido a toutefois appelé la délégation à se rendre compte du chaos et de la crise qui touche le Venezuela. Que ce soit au niveau social, économique ou encore politique, Caracas connaît actuellement la période la plus trouble de son histoire. Une visite très attendue donc, qui pourrait permettre aux acteurs de connaître une réelle avancée. Il y a quelques semaines, une délégation proche du pouvoir ainsi qu’une seconde, proche elle, de l’opposition, se sont rencontrées en Norvège afin de débuter des négociations.

Outre le président en place, Michelle Bachelet devrait également rencontrer Diosdado Cabello, numéro 2 du gouvernement et président de l’Assemblée nationale constituante. Selon certaines informations, Maikel Moreno, président du tribunal suprême de justice serait également concerné par une rencontre alors que Juan Guaido figure lui aussi sur l’agenda de cette dernière. « Madame Michelle Bachelet, bienvenue au Venezuela pour trouver des solutions urgentes pour faire face à l’urgence humanitaire complexe », a ainsi lancé Guaido, tout en invitant les jeunes de son pays à une nouvelle fois se mobiliser en vue de son arrivée.

Bachelet, en mission pour le Venezuela

Prudente dans un premier temps, Michelle Bachelet semble depuis quelques semaines, après avoir décidé d’adopter une nouvelle posture. Dénonçant les services de santé et d’éducation au Venezuela, l’ancienne présidente chilienne a pointé du doigt les conditions de vie difficiles qui ont poussé plus de 3 millions de locaux à quitter leur pays. En outre, celle-ci a également regretté que le gouvernement Maduro ne se force pas à reconnaître la gravité de la situation. Même son de cloche chez Guaido qui a appelé ses soutiens à « continuer à rêver pour leur pays, à se former et à travailler pour la patrie qui les a vus naître ». Reste maintenant à savoir si son appel sera entendu.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom