Photo : SCOTT OLSON/GETTY IMAGES

Paul Njoroge a tout perdu dans le crash des 737 MAX d’Ethiopian Airlines. En effet, sa femme, sa belle-mère ainsi que ses trois enfants se trouvaient à bord de l’avion avant que celui-ci ne s’écrase quelques minutes seulement après son décollage. Invité à témoigner face au Congrès américain, ce dernier a estimé que les décideurs de Boeing se devaient d’être poursuivis en justice.

Selon ses dires, l’accident survenu en Indonésie, qui a coûté la vie à plusieurs centaines de personnes aurait déjà dû mettre la puce à l’oreille aux autorités. Au lieu de ça, les instances dirigeantes de l’avionneur américain ont eu tout le loisir de continuer leurs activités, avant qu’un second accident ne survienne, en Éthiopie cette fois-ci. Toujours selon sa sortie face aux élus, la FAA, le bureau fédéral américain pour l’aviation civile, n’a pas fait son travail de manière correcte.

Le Congrès, suspendu à un incroyable récit

Si tout c’était passé comme cela aurait dû, plusieurs avions auraient été arrêtés en amont. Aujourd’hui, ce dernier pourrait ainsi « jouer au football avec son fils ». Un témoignage poignant et difficile à entendre qui n’est que le premier d’une très longue série puisque les familles des 346 passagers vont être entendues. Michael Stumo, qui a perdu sa fille Samya dans l’accident, sera le second à venir face aux élus américains.

Selon Njoroge, il va falloir que Boeing et les autorités soient transparentes afin de permettre aux 737 MAX de voler à nouveau. « Ils étaient au courant des défauts, c’est pour ça qu’ils ont caché l’existence du système MCAS » affirme celui qui a tout perdu, avant d’ajouter qu’il est temps pour Dennis Muilenburg de prendre ses responsabilités et quitter son poste après avoir provoqué la mort de 346 personnes.

Les 737 MAX devaient s’arrêter de voler

Aujourd’hui, la stratégie de Boeing à ses yeux, semble d’ailleurs très claire. L’avionneur américain rejetterait la faute sur les pilotes éthiopiens et indonésiens afin de s’assurer que ses 737 MAX soient toujours en capacité de voler. Une situation inacceptable pour cet investisseur professionnel, Kenyan d’origine, désormais basé à Toronto, qui a décidé de poursuivre la firme en justice, tout en demandant à ce que les modèles 737 MAX ne soient plus jamais en mesure de voler. Enfin, Njoroge a invité les représentants de Boeing à s’excuser auprès des familles, de manière singulière. Un geste qui serait très important pour les familles.

Voir les commentaires

7 Commentaires

  1. Dissimulation des defauts ? Ces appareils meritent detre detruits et ces personnes mechantes meritent la prison et de payer jusqua la mort.

  2. Le 737 Max a été bidouillé sur la base de 737 datant des années 60. Le train d’aterrissage a été copié sur des modéles encore plus anciens: le 707 et le 727 qui étaient positionnés très bas. Les nouveaux réacteurs étant beaucoup plus gros et plus lourds, Boeing a considérablement modifié les équilibres de cet avion, ce qui implique des corrections permanentes de l’assiette ( inclinaison) par un logiciel appelé MCAS.
    Pour résumer, cet avion ne peut pas voler seul, c’est là le gros problème!
    Je doute qu’il puisse voler à nouveau avec la sérénité nécessaire aux pilotes et aux passagers. Boeing continue pourtant à en construire 41 par mois et ne sais plus où les stocker mais jusqu’à quand?

  3. Aprés le premier crash de la compagnie Lion air, j’avais recommandé à mes proches de ne pas perdre ce type d’avion.
    Malheureusement le crash d’Ethiopian m’a donné raison

  4. Allez hop… Vous préférez penser à l’argent d’abord et pas la sécurité en premier mais cette fois-ci. Boeing va reconnaître enfin que la sûreté des passagers est plus importante que l’argent. Arrêt de cette avion à vis. Et même l’argent ne remplacera pas les morts de cette erreur humaine. Même les pilotes avais déjà informer Boeing de ce problème mais…. 2 crash pour enfin réagir la prochaine fois… Combien de crash faudra t’il pour détecter un potentiel danger d’autrui…. Dans quel direction va le monde.. Les excuses non plus ne feront rien..

  5. Oui, l’arrêt de cet avion, devrait être maintenu pour toujours, et le fabriquant devrait indemniser toutes les familles, puisqu’il y avait mensonge et dissimulation des défauts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom