Après leur installation hier lundi 22 juillet par le chef de l’Etat Patrice Talon, les nouveaux conseillers du Conseil économique et social (CES) viennent de mettre en place le bureau de l’institution qui est dirigé par Augustin Tabé Gbian.

Pour une deuxième fois, c’est Augustin Tabé Gbian qui va diriger le Conseil économique et social (CES). Il a été reconduit ce mardi 23 juillet à la tête de cette institution par les conseillers. Il a récolté vingt-sept voix sur les trente possibles. Candidat à sa propre succession, il a dû faire de rudes tractations afin d’écarter Nicolas Adagbé qui a dirigé le CES de 2009 à 2014 et qui voulait revenir. Selon les coulisses de cette élection, la reconduction de Augustin Tabé Gbian répond à un souci d’équilibre régional dans le positionnement à la tête des institutions de la République.

Élu pour la première fois en 2014, Tabé Gbian a donc un nouveau mandat de cinq ans pour continuer les chantiers ouverts et redynamiser l’institution. Ceci permettra de démontrer le bien-fondé de l’existence de l’institution. A noter que le CES émet des avis et recommandations sur des sujets d’intérêt général au gouvernement et au parlement. Et ces avis et recommandations sont à titre consultatifs.       

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Où est l’équilibre dont-il parle,.C’est la nomination de gbian qui explique un équilibre ? Pourquoi n’avait il pas eu équilibre lors des nominations des députés?Fallait choisir aussi dans les autres partis pour équilibrer la présence des députés a l’Assemblée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom