Aux États-Unis, la crise Boeing continue de se faire ressentir. Souffrant d’un véritable déficit d’image, notamment depuis que de nombreuses révélations aient entaché sa réputation, l’avionneur américain doit désormais faire face à une situation économique catastrophique, symbolisée par une chute de 54% des commandes au cours du second semestre de l’exercice 2019.

Les 737 MAX toujours interdits de vol après que les autorités aient estimé que les efforts mis en place n’étaient pas encore suffisants, Boeing se retrouve avec une nouvelle épine dans le pied. En effet, déjà fragilisé par sa responsabilité engagée dans deux crashs successifs, Lion Air (189 morts) et Ethiopian Airlines (157 morts), Boeing s’est retrouvé pointé du doigt pour avoir caché de nombreuses informations concernant son système anti-décrochage MCAS défectueux. Aujourd’hui, les autorités régulatrices de l’aviation civile du monde entier ont d’ailleurs obligé les avions 737 MAX à rester sur les tarmacs.

Un bilan économique désastreux

Résultat, face à tous ces problèmes conjugués, l’avionneur américain se retrouve dans une situation compliquée. Mardi, la firme a d’ailleurs annoncé une chute de 54% de ses livraisons d’avions de ligne au cours du second semestre 2019. En tout et pour tout, le constructeur n’a pu livrer que 90 appareils au cours des trois derniers mois, achevés le 30 juin, contre 194 à la même période l’an dernier. Sur ces 90 appareils, 24 seraient issus de la famille des 737, 2 seraient des 747 alors que 42 autres seraient des Dreamliners 787. Enfin, 10 avions sont issus de la famille des 767 alors que 12 font partie des 777.

Un surcoût logistique

Mais ce n’est pas tout. Ainsi, outre le déficit d’image et financier, Boeing se retrouve également dans des situations absolument improbables. Les nombreux reports et annulations de vols vont coûter très cher. Si des négociations sont déjà en cours, le secteur chinois du transport aérien a estimé ses pertes à près de 520 millions d’euros sur la période au cours de laquelle les 737 MAX ont été mis de côté. À cela, les familles de victimes vont également devoir être indemnisées… Alors que les reports de vol et d’autorisation de vol posent de sérieux problèmes logistiques. Les avions s’entassant sur les tarmacs, il faut leur trouver de nouveaux lieux de parking. Récemment, un Boeing 737 MAX s’est d’ailleurs retrouvé au milieu de voitures. Ces nombreux problèmes engendrent un surcoût estimé à 12 milliards de dollars d’ici au mois de septembre prochain.

Voir les commentaires
Loading...

2 Commentaires

  1. Qu’il aille au diable Boing. Ils nous ont couter un milliard de nos poches et ont causer la perte de Bombardier. Tant mieux pour eux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom