Le ministre de l’écologie et ancien président de l’Assemblée nationale, a décidément du mal à sortir de la polémique suscitée par la révélation des diners dispendieux organisés sous ses hospices à l’Hôtel de Lassay.

« Le champagne, ça me donne mal à la tête »

A chacune de ses apparitions, le ministre le savait, il y avait de fortes chances que les questions des ‘’diners’’ s’invitent au débat. Aussi ce vendredi, le ministre de la Transition écologique, qui avait déjà signifier , dans un autre cadre ne pas songer à une quelconque démission de son poste de ministre, avait tenu à dire des vérités sur lui qui pourrait, espérait-il, faire taire enfin la polémique.

De Rugy est accusé d’aimer faire bonne chère, surtout lorsque c’est aux frais de la République. Non, répondait le ministre, car avait-il précisé les homards et autres victuailles servies lors de ces  diners, avaient été décidé par le service de restauration de l’Assemblée Nationale et d’ailleurs lui de Rugy, ne supportait pas le homard ; « je n’aime pas ça, je n’en mange pas. J’ai une intolérance aux crustacés, aux fruits de mer » aurait-il témoigné.

Et si cela ne tenait qu’à lui, les grands crus dénoncés ne l’auraient pas été puisque lui de Rugy ; n’était « ni connaisseur, ni amateur de grands crus. » d’ailleurs précisait-il ; «  Je n’ai jamais acheté une bouteille de vin de plus de 30 euros de toute ma vie ». Il était temps donc, laissait entendre Mr le ministre de l’Ecologie,  que l’on arrête de lui prêter des intentions coupables. En organisant ces diners, le fonctionnaire à la tête de l’Assemblée Nationale, avait déjà clarifié de Rugy, ne faisait qu’accomplir la mission républicaine à lui confiée.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom