La récente maladie d’Ali Bongo continue d’occuper l’actualité au Gabon. Pour rappel, le président gabonais avait été victime d’un AVC en Arabie Saoudite dans la capitale Riyad le 24 octobre 2018. Il avait été hospitalisé dans le pays du prophète avant d’être transféré au Maroc du 28 novembre 2018 au 23 mars 2019. Mais depuis son retour au Gabon, les rumeurs les plus folles courent dans le pays sur l’état de sa santé.

L’opposition gabonaise n’est pas convaincue de son rétablissement et sur sa capacité à gouverner, attendu qu’un AVC ne passe pas sans laisser des séquelles. Aussi l’opposition s’est-elle tournée vers la justice gabonaise pour une « expertise » de la santé du président et par conséquent, sa capacité à diriger ou non le pays. Car l’opposition soutient que le président Ali Bongo Ondimba est inapte à diriger le pays.

La Cour d’appel tranchera ce jour

Alors que le tribunal de Libreville s’était déclaré « incompétent » pour autoriser des expertises médicales sur la personne du chef de l’Etat gabonais, le collectif de l’opposition « Appel à agir » s’était tourné vers la Cour d’Appel de Libreville. Et c’est justement ce lundi que la Cour d’appel de Libreville se prononcera sur la question de cette expertise médicale.

La présidente de la première chambre civile de la Cour a fait convoquer les deux parties pour les entendre sur le sujet. Les représentants du collectif « Appel à Agir » ainsi que la défense du président Ali Bongo Ondimba prendront tour à tour la parole ce jour pour exposer leur avis sur le sujet et le défendre.     

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Je crois beaucoup plus à une mise en seine de la cour d’appel du Tribunal de Libreville, simplement parce que aucun magistrat n’aurait le courant de restituer les choses dans leur contexte Véritable de peur des probable repressions.
    Toutefois, depuis Octobre 2018, période du debut de la traversee de notre pays dans cette Zone de fortes turbulences politiques, le pays se déploi de toutes les façons à sa liberation sans l’assistance de son armée, encore moins des pays amis du Gabon. Objectivement, que Pouvons nous attendre cette démarche judiciaire? Est-il franchement possible que la liberte nous soit donnée aussi simplement?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom