Non, le mouvement de manifestation des gilets jaunes n’est pas terminé. En effet, tous se sont donnés une nouvelle fois rendez-vous samedi dernier, afin de lancer le 35e samedi des contestations. Ils étaient encore quelques centaines dans les rues, tous très inspirés par l’affaire De Rugy, qui a agité l’actualité politique française ces derniers jours.

Loading...

Près de 8 mois après le début du mouvement contestataire, des centaines d’irréductibles continuent d’oeuvrer dans les rues des grandes villes françaises. Ce samedi, ils étaient encore présents dans les rues, à la différence cette fois-ci, qu’ils ont été très nombreux à surfer sur l’affaire De Rugy. Outre les fameux slogans “Macron démission”, de nombreuses pancartes faisant une référence au homard ont pu être aperçues. Des “Homards partout, justice nulle part”, “On veut du homard !, “De Rugy, de Rugy, par ici les loyers c’est pas gratuit !, ou “De Rugy en prison“, sont certains des slogans qui ont marqué.

De Rugy, acculé, moqué

Une référence directe aux diners fastueux organisés par l’ancien président de l’Assemblée nationale et désormais ministre de la Transition écologique, François de Rugy. Ce dernier a effectivement été épinglé pour avoir préparé des dizaines de diners, dont les mets et les vins étaient hors de prix, et ce, aux frais du contribuable. En outre, les révélations sur les 63.000 euros de frais engagés dans le cadre de la rénovation de son appartement de fonction ne passent pas non plus. Toujours en poste, ce dernier reste toutefois dans une situation relativement inconfortable.

Les gilets jaunes devraient continuer

Les manifestants eux, l’assurent toutefois, ils ne laisseront rien passer et continueront à manifester le temps qu’il faudra. Certains sont dans les rues depuis le début, d’autres ont rejoint le mouvement au cours de son déroulement, mais tous sont d’accord pour dire qu’il continuera, et ce, durant tout l’été au moins. « Il est hors de question de lâcher, tant que les gens qui sont bien nantis n’écouteront pas les gens en difficulté », affirme un retraité en ordre de bataille, prêt à rester autant de temps qu’il le faudra dans les rues de la capitale.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom