Voilà près de 8 ans que la Libye est en proie à une instabilité sécuritaire qui ne dit pas son nom. Après la chute du pouvoir de Mohamed Kadhafi, la Libye a basculé dans le chaos. Malgré la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale (GNA), le pays peine à voir le bout du tunnel. Les deux hommes forts du pays, à savoir Fayez el-Sarraj qui dirige le GNA et le maréchal Khalifa Haftar à la tête de l’Armée nationale libyenne se livrent une bataille sans merci pour le contrôle de la capitale Tripoli.

Loading...

La Libye est sous embargo de l’ONU depuis 2011, mais selon les derniers constats, on se rend compte que l’embargo n’est pas du tout respecté et que plusieurs grandes puissances livrent du matériel militaire aux forces en présence en Libye. Il ya beaucoup trop d’acteurs qui interviennent dans le conflit libyen, ce qui rend les efforts de paix caduc. Vu le contexte en Libye, l‘Union Africaine a décidé de prendre le taureau par les cornes.

Des ingérences toxiques

Après le sommet de l’UA tenu à Niamey au Niger, l’Organisation continentale a décidé d’envoyer un émissaire conjoint ONU/UA en Libye en vue de conjuguer les efforts pour permettre de mieux appréhender le conflit libyen et de proposer des pistes de sorties de crise. A Niamey, le comité de haut niveau de l’organisation sur la Libye a exprimé son inquiétude par rapport aux ingérences extérieures dans les affaires internes de la Libye. Selon le comité de haut niveau, ces ingérences sapent considérablement les actions mises en oeuvre pour obtenir un cessez le feu en Libye, étape sine qua non pour trouver un compromis qui va aboutir à une sortie de crise. 

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom