Matteo Salvini : la presse évoque de mystérieux liens avec la Russie

Le 18 octobre dernier, débutait ce que la presse italienne a appelé l’affaire du « Moscopoli ». En effet, les médias ont relaté une sombre rencontre organisée dans un établissement de Moscou, la capitale russe. Cette rencontre elle, pourrait bien avoir plus de répercussions que ce qui a été prévu puisque les sommets du gouvernement italiens seraient directement concernés par cette douteuse histoire.

Six hommes se sont effectivement rencontrés dans le fameux hôtel Metropol. S’enchaînent les cafés, les signes d’amitiés. Très vite cependant, la conversation va alors dériver sur la possibilité de mettre en place un douteux montage financier supposé soutenir économiquement parlant La Ligue, le parti de Salvini, pour les prochaines élections européennes.

Publicité

Un montage douteux

Révélée par la presse traditionnelle, l’affaire explosera lorsque Buzzfeed diffusera l’enregistrement sonore de ces discussions. « Une nouvelle Europe doit être proche de la Russie parce que nous voulons avoir notre souveraineté », affirme par exemple Gianluca Savoini, proche de Salvini et soutien de la première heure. Pour ce faire, un montage est alors évoqué. L’idée se met en place et se développe très rapidement. Une société russe va effectivement s’engager à vendre 3 millions de tonnes métriques de pétrole à ENI, fournisseur d’électricité et de gaz italien. La valeur de cette transaction est alors estimée à 1.5 milliard de dollars.

La transaction est ensuite gérée par des intermédiaires qui s’accordent successivement des ristournes. L’argent économisé est alors réinjecté dans les caisses de La Ligue alors que le reste revient à des responsables russes. « Le plan élaboré par nos représentants politiques évoque une réduction de 4% sur 250 000 tonnes de pétrole et 250 000 tonnes par mois pendant un an, afin de soutenir la campagne électorale » confirme d’ailleurs avec des chiffres précis l’un des Italiens présents ce jour-là.

65 millions d’euros dans les caisses ?

Le même homme assurera ensuite que l’Italie comptait sur cette opération afin de satisfaire des besoins mutuels. Problème, la loi italienne interdit les dons provenant de l’étranger, d’une valeur supérieure à 100.000 euros. Cette manœuvre aurait permis au parti au pouvoir de récupérer 65 millions d’euros. De quoi laisser présager un futur plus certains puisqu’un mois avant cette rencontre officieuse, la justice italienne a condamné La Ligue à rembourser 49 millions d’euros. Présent en Russie ce jour-là, Salvini ne sera toutefois pas présent au cours de cette rencontre, bien qu’il y ait été formellement invité.

Publicité

Salvini continue de nier

Aujourd’hui, impossible cependant d’affirmer que la transaction a effectivement eu lieu. Salvini par exemple, continue de nier, ajoutant qu’il n’avait jamais reçu un seul centime venant de Russie. Cependant, celui-ci a également refusé de venir répondre aux questions des sénateurs afin de s’expliquer sur l’existence de cette séquence audio. Le parquet de Milan lui a toutefois voulu en avoir le cœur net et a officialisé l’ouverture d’une enquête. Cette annonce elle, a été suivie d’une demande de clarté de la part des partenaires et de l’opposition à La Ligue alors que l’Allemagne a jugé préoccupant, le fait que la Russie puisse se trouver derrière certains partis populistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *