Tout serait parti d’un mail reçu vendredi 28 juin par l’ensemble des agents d’Oxfam portant l’intitulé « Lette d’amour » dans laquelle il serait question de « la condition des LGBTI dans l’organisation et de la nécessité de les promouvoir, de leur donner des postes de responsabilité, de renforcer leur leadership dans les pays du Sud ». La reaction negative de certains agents serait à l’origine de leur licenciement et l’ONG reçoit depuis lors plusieurs menaces et critiques.

Les explications d’un cadre limogé

C’est à travers une lettre que le désormais ancien cadre d’Oxfam, Elimane Kane, confirme son licenciement en soutenant que cet agenda de promotion de l’homosexualité au Sénégal était bien réel. Monsieur Kane soutient qu’à la réception de ce mail, il avait décidé de répondre pour dénoncer cette injonction qu’il qualifie de « contradictoire » aux principes de l’organisation. C’est le même vendredi dans la soirée que la Directrice Pays lui aurait notifié son licenciement et une mise-à-pied conservatoire de 15 jours sans salaire.

Oxfam pour la protection des droits des minorités

Dans un communiqué relayé ce lundi dans la presse en ligne, Oxfam donne sa version des faits en soulignant que le licenciement de monsieur Kane serait lié au nom respect des articles 1 et 3 du code de conduite de l’organisation « en s’impliquant dans le débat sur la gestion du pétrole au Sénégal, de manière visible et au nom de son organisation Legs Africa ». L’ONG revient sur la question du statut des homosexuels en poursuivant que « tout être humain, en particulier les personnes LGBTI et d’autres minorités, ont des droits, reconnus ou non par la loi, qu’il faut respecter et protéger ».

Cette declaration de l’ONG risque de déplaire davantage à une grande partie de la population, très homophobe, dont des religieux qui demandent l’expulsion de l’organisation du pays.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom