En marge du sommet du G20 de la semaine dernière, l’Arabie Saoudite et la Russie sont tombées d’accord pour une prorogation de l’accord de l’OPEP+ sur la limitation de l’extraction de brut. C’est le président russe Vladimir Poutine qui en a fait la déclaration à Osaka : « Nous avons abordé la possibilité de prolonger nos accords avec l’OPEP en matière de limitation de l’extraction. Nous avons convenu de proroger nos accords. Au moins, nous, la Russie et l’Arabie saoudite, soutiendrons cette prorogation ».

Si dans le fonds l’Iran semble adhérer à cette prorogation, la forme plait moins au pays des Ayatollahs. Le ministre iranien du pétrole a vivement critiqué l’hégémonie de la Russie et de l’Arabie Saoudite sur l’Organisation des Pays Exportateurs du Pétrole Plus d’autres pays non membres (OPEP+).

L’OPEP est en train de « mourir », dixit Zangeneh

L’Iran dit n’être pas contre la prorogation de l’accord de l’OPEP+ sur la limitation de l’extraction de brut. Elle n’est pas non plus dans la logique de quitter l’Organisation. Cependant, le ministre iranien critique la façon unilatérale dont les décisions se prennent entre ces deux pays de l’Organisation. Selon le ministre iranien du pétrole Bijan Namdar Zangeneh arrivé à Vienne pour une réunion de l’OPEP, l’Organisation « doit discuter aujourd’hui de l’unilatéralisme dans la prise de décision au sein de l’organisation. Pour moi c’est une question majeure de savoir pourquoi la décision a été prise de fait à Osaka ». Pour lui, l’OPEP est en train de « mourir » par la faute de la Russie et de l’Arabie Saoudite.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom