Aux USA, l’émotion créée par les récentes tueries dans le pays n’est pas prête de retomber. Si le président américain a mis du temps avant de condamner fermement la théorie farfelue des adeptes de la suprématie blanche, il a dû s’y résoudre tout en trouvant un nouvel alibi responsable selon lui de l’état mental de ceux qui s’adonnent à une telle violence gratuite. En effet, pour Donald Trump, les jeux vidéos ont une part de responsabilité dans le dérèglement mental des tueurs. Une accusation qui n’a bien évidemment pas plus aux principaux intéressés : les compagnies de l’industrie des jeux vidéos, pour qui il s’agit d’un faux procès. 

Loading...

Dans un communiqué, l’Entertainment Software Association (ESA), un puissant syndicat américain des jeux vidéos a rappelé au président américain que sur le milliard de “gamers”dans le monde, les USA sont le seul pays à avoir un problème avec certains de ses joueurs; le problème étant donc plus américain que lié à l’industrie du jeu vidéo : « Plus de 165 millions d’Américains sont des gameurs et des milliards jouent à travers le monde. Pourtant, dans les autres pays, où l’on joue avec autant d’enthousiasme, on ne retrouve pas les niveaux tragiques de violence des Etats-Unis. »

Même son de cloche pour un autre syndicat “l’International Game Developers Association (IGDA)” : « Blâmer les jeux vidéo fait distraction des problèmes plus larges qui sont à portée de main. Il existe une quantité écrasante d’études scientifiques montrant qu’il n’existe aucun lien entre jeux et violence. »

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom