Patrice Talon s’est rendu à Abidjan (Côte d’Ivoire) hier lundi 02 septembre. C’est sur invitation du numéro 1 ivoirien Alassane Ouattara. Accueilli à sa descente d’avion par le ministre ivoirien de l’intégration africaine, Ali Coulibaly, il a été conduit à la résidence de son hôte.

Une visite de quelques heures

Avec lui, le président béninois a eu des « échanges sur des questions d’intérêt national et régional » informe un post publié sur la page facebook de la présidence béninoise. Patrice Talon est rentré à Cotonou en fin de journée. Rappelons que ce déplacement du chef de l’Etat intervient au lendemain de sa participation à la TICAD7 ( 7e Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique de Tokyo)  à Yokohama au Japon.

Au cours de ce sommet, la délégation béninoise avait tenu des rencontres bilatérales avec les délégations du Burkina Faso, du Niger et du Mali, et du Nigéria entre autres. Ce dernier pays a d’ailleurs fermé ses frontières avec le Bénin depuis quelques semaines.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. La politique de la mendicité, de la courbette, de l’endettement, de la navigation à vue. Tel est le propre dans nos contrées d’Afrique noire.
    Aucune vision, aucune stratégie, aucune projection ne serait-ce que dans le moyen terme. On se démène au quotidien, on découvre les problèmes liés justement au manque de vision, de planification, d’anticipation….
    D’où venons-nous? Et surtout où voulons-nous être dans les prochaines années? Qui s’en préoccupent! Les dirigeants? Surement pas! Ils sont dans l’immédiateté, le souci de s’en mettre plein les poches et tant pis si demain y a plus rien… Demain, on verra… Fatalité, démission, résignation… ainsi va l’Afrique noire.

  2. J’aime la sobriété du President mais je deteste actuellement la gestion de bloquer les concours d’entrer dans la fonction publique alors qu’il y a manque criard de personnels dans presque toutes les directions techniques de l’Etat.On ne gère pas un pays comme ça.

Répondre à The Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom