Invité sur l’émission 90 minutes pour convaincre de la radio nationale hier dimanche, le directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) Urbain Amegbedji a fait un point de programme de pré-insertion dans l’enseignement. Le déploiement des aspirants au métier de l’enseignement est en cours sous la direction de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE).

Le directeur général de l’ANPE Urbain Amegbédji a confié que «tout le personnel de l’ANPE est au travail dans les antennes en train de les recevoir de manière à ce que nous soyons prêts pour que dès lundi, ces enseignants puissent commencer par travailler dans les classes dans leurs établissements». Il a indiqué que plus de 10 mille aspirants ont déjà signé leur contrat d’après le point qui lui a été fait dans la soirée du samedi dernier.

Bénin : Mahougnon Kakpo et Modeste Kérékou situent les aspirants au métier d’enseignants sur leur contrat

Boucler ce lundi

La journée d’hier dimanche a permis de finaliser pour le reste. Il a précisé qu’il va rester probablement quelques-uns qui vont venir aujourd’hui lundi dans la matinée. Ceci est dû au fait que certaines pièces légalisées sont demandées. Il a été demandé à ces retardataires de retourner les légaliser et de revenir ce lundi. Selon Urbain Amegbédji, au plus tard ce lundi, la signature des contrats serait terminée. Par ailleurs ce même lundi, certaines catégories de ces enseignants sont invités à leur première formation pédagogique de manière à les outiller, à les accompagner dans le processus de transmission du savoir qu’ils auront à faire dans les établissements.

Sécurité de l’emploi

Pour ce qui est du traitement salarial de ces enseignants, le directeur général de l’ANPE relève que le gouvernement s’est assuré que ces personnes, en fonction de leur grade, soient payées comme des  recrues débutant dans la fonction publique.  Il estime que rentrer dans un système pour gagner 120 mille et avoir une retraite et une sécurité de l’emploi est mieux que de gagner 150 mille en tant que vacataire et se retrouver à la retraite sans pension. Pour Amégbédji, le gouvernement est en train de les préparer à entrer dans un système de permanence et d’évolution de carrière et de salaire. Et dans les 25 jours maximums à venir, ces aspirants au métier d’enseignant retenus et déployés auront leur premier salaire.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom