Voilà plusieurs mois maintenant que l’affaire Carlos Ghosn fait débat dans le monde des affaires. L’ex tout-puissant patron du groupe Renault-Nissan connaît une véritable descente aux enfers. Les images de son arrestation par les autorités judiciaires japonaises avaient fait le tour du monde et susciter la consternation dans le secteur de l’automobile.

Après avoir passé plusieurs jours en prison, Carlos Ghosn a bénéficié d’une libération sous caution en Avril dernier. L’ancien magnat de l’automobile est dans l’attente de son procès et il lui est interdit de quitter le territoire japonais. Me François Zimeray, l’avocat français de Carlos Ghosn s’est offusqué du traitement judiciaire réservé à son client.

La justice nippone pointée du doigt

S’exprimant dans le Journal du dimanche, Me François Zimeray a accusé le parquet de Tokyo de manquements à l’impartialité dans le traitement du dossier Carlos Ghosn. “Il est temps de dénoncer les violations des droits de l’homme dont le procureur de Tokyo s’est rendu coupable. Tout semble permis au procureur japonais pour qui l’enjeu est autant de ne pas perdre la face que de dynamiter la tutelle française sur Nissan en protégeant ses actuels dirigeants avec qui a été passé un accord secret” a déclaré Me François Zimeray qui n’hésite pas à affirmer que son client est victime d’un acharnement d’exception qui ne dit pas son nom. Pour l’avocat français, il ya eu des manœuvres souterraines pour distiller sans preuves dans la presse des informations concernant Carlos Ghosn dans le but de l’enfoncer encore un peu plus.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom