Au pays de Mahatma Gandhi, le vapotage est formellement interdit et désormais pénalisé. Les amateurs de cigarettes électroniques en Inde devraient se contenter d’autres palliatifs. Le gouvernement du premier ministre Narendra Modi a fait part de la mesure mercredi pour protéger la santé de ses concitoyens. Outre le vapotage, la production, le transport, le stockage, la vente, l’importation et l’exportation de la e-cigarette sont désormais choses interdites dans le pays des mille et une divinités. 

L’Inde félicitée par l’OMS

L’organisation mondiale de la santé a exprimé son satisfecit à l’annonce de cette mesure et a félicité l’Inde. Le bureau de l’OMS pour l’Asie du sud-est a annoncé que l’Inde venait d’emboîter le pas à cinq nations de la région qui ont déjà interdit le vapotage : la Corée du Nord, la Thaïlande et Timor-Est, le Népal, le Sri Lanka. Dans la même lancée, le milliardaire opposant juré du tabac Michael Bloomberg a aussi félicité l’Inde pour la clairvoyance de ses leaders.

Une mesure pour protéger ses entreprises ?

Les peines encourues par les contrevenants à cette loi vont de 100 000 roupies à 500 000 roupies (1270 à 6300 euros) d’amende à un ou trois ans de prison. Néanmoins les produits à base de tabac sont toujours autorisés dans le pays qui en est un gros producteur. L’Inde est en effet le troisième pays producteur de tabac au monde derrière la Chine et le Brésil. Ce qui fait dire aux opposants à cette interdiction que l’Inde cherche à protéger l’industrie indienne de la cigarette par cette mesure.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom