Le nouveau gouvernement italien, celui de Guiseppe Conte qui avait prêté serment le jeudi 5 septembre dernier,  battait en brèche ce samedi une politique de ports fermés qui était pratiquement devenue le signe distinctif de la position anti-migrants du pays, en permettant à un bateau de sauvetage humanitaire de la Méditerranée de débarquer avec 82 personnes à bord.

Un changement radical de cap…

Selon la presse européenne, la main tendue de l’Italie au cargo de réfugiés ce samedi, entrerait dans la nouvelle dynamique que L’Italie voudrait mettre en place depuis qu’un accord avait été trouvé avec les autres pays membres de l’UE , 14 au total , sur la « redistribution des migrants arrivant aux ports italiens ». La France et l’Allemagne ayant donné leur feu vert au nouveau système, qui pourrait dans sa phase pratique  également voir intervenir le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Roumanie et l’Espagne.

Au cours des 14 derniers mois, l’Italie, qui était de facto le lieu de débarquement de tous les migrants en provenance surtout de l’Afrique du nord,  avait violemment fermé sa porte aux navires de sauvetage humanitaires, bouleversant ainsi la façon dont le continent gérait les migrations.

Ce samedi cependant, en rupture avec l’administration précédente, l’Italie n’a pas menacé le bateau de sauvetage d’amende ou de saisie s’il pénétrait dans les eaux territoriales, mais avait permis via son centre de coordination des secours maritimes de Rome, à ‘’L’Ocean Viking’’ de se rendre au port Lampedusa afin de permettre à « 58 hommes, six femmes et 18 enfants » de débarquer. L’Ocean Viking en était à sa deuxième mission.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom