Samuel Eto’o l’international, camerounais annonçait il y a quelques jours sa retraite via son compte Instagram officiel. Un post d’une sobriété déconcertante surtout qu’elle signifiait pour de nombreux fans un adieu à une icône qui avait su les ravir par son immense talent, « The End ». Interrogé, par la radio RFI au sujet de ce que le prodige retenait de son immense carrière, Eto’o là encore prenant tout le monde à contre-pied, répondait « La Coupe d’Afrique des nations » !

« Ma première Coupe D’Afrique (…) un moment unique »

Pour le ‘’grand’’ Eto’o Fils, s’il y avait un moment tant sa généreuse carrière de footballeur, qu’il garderait comme un précieux souvenir, parmi tant d’autre assurément, mais qui pour lui revêtait une signification particulière c’était bien sa sélection en équipe nationale et bien entendu son premier titre de Champion d’Afrique des Nations en 2000 ; « J’ai joué plusieurs finales mais celle-là m’a marqué. (…) Je sentais la victoire(…) c’était la première finale, mon premier trophée remporté et je dirai la meilleure avec le plus beau pays au monde. » Confiait  « el goleador » à la presse.

Il confie avoir échangé avec le ministre camerounais d’à lors pour qu’il fasse venir un avion qui allait les ramener à la maison avec la coupe. “Je sentais la victoire. Le ministre a ordonné l’arrivée de l’avion qui partait pour Gagnoa avec tous les passagers. Ces passagers ont souffert car ils allaient voir leur famille ou faire des affaires. Mais ils ont été fair Play. Ils sont venus à Lagos et après cette finale, on a fait le voyage jusqu’à Yaoundé et ils étaient content. Ils avaient même oublié qu’ils partaient à Gagnoa.”, lâche la star.

Pourtant pour Eto’o fils, l’entrée en sélection n’avait rien eu de glorieux. Nous étions le 9 mars 1997 et le jeune Samuel avait 16 ans, ce jour-là le Cameroun perdait à l’Estadio Nacional de San josé, 5 buts à zéro devant le Costa Rica, une défaite qui rappelait amèrement celle de 1990 face à la Norvège. Mais ce n’était qu’un match amical et celui que ses coéquipiers surnommeront « Petit milla » en référence au ‘’Big Brother’’ mythique  Roger Milla, pourra trois ans plus tard donner toute la démesure de son talent en faisant remporter au Cameroun son troisième titre en Coupe D’Afrique et surtout son premier et unique titre olympique, la même année.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom