Photo d'illustration

La crise provoquée par la fermeture des frontières bénino-nigérianes se ressent non seulement au Bénin mais aussi au Nigéria. En effet, le président des pisciculteurs et de l’association de producteurs de noix coco Samuel Igbowu, aurait fait savoir que d’importantes marchandises dont les droits de douane s’élèvent à 3,6 milliards de Nairas, restent bloquées à la frontière de Sèmè-Kraké.

Faisant remarquer qu’un seul camion a dû s’acquitter de 4 millions de Nairas de Droit de douane, il confie à un média local qu’il y en a 900 sur les lieux. Il aurait affirmé qu’ils sont tous bloqués à la frontière depuis maintenant trois mois, tout en soulignant que leurs documents sont en règles.

Une incapacité à vendre leurs produits

Samuel Igbowu aurait exhorté le gouvernement nigérian à autoriser ceux qui ont payé leurs droits de douane, à pouvoir entrer sur le territoire béninois afin de livrer les marchandises dans leurs magasins. A en croire Samuel Igbowu, la politique adoptée par le gouvernement a fait perdre plus de 5 milliards d’euros à son association de producteurs.

Il explique que la situation leur fait perdre de l’argent au fil du temps que les jours passent. Il évoque de ce fait les prêts bancaires contractés ainsi que les intérêts qui ne cessent de courir tous les jours.  Le président de l’association des producteurs de noix de coco a fait par du fait de leur incapacité à écouler leurs produits qui sont bloqués, mais aussi de restituer les fonds qui leur ont été empruntés.

Voir les commentaires

4 Commentaires

  1. Malheureusement, Buhari est entouré des rapaces qui l’encouragent dans ces prises de positions. Particulièrement le chef de la Douane nigérian qui on le sait protège son dabali , j’espère qu’il ne serait pas déjà tard quand Buhari comprendra que le Problème du Nigéria est ailleurs et s’appelle la corruption. .

  2. Merci le plombier. Le gouvernement nigerian fait de la propagande autour de la fermeture. il dit que le Nigeria ne gagne rien des frontières terrestres. Ce qui me fait rire. Évidemment au Nigeria le mensonge et la manipulation occupent une place importante.

  3. Il n’y a que les journalistes et les opposants béninois qui sont convaincus que seul le Bénin souffre de cette situation de fermeture des frontières et que le Bénin devrait laisser le Nigeria lui dicter ce qui devrait être sa politique. L’incapacité pour les entreprises nigérianes de commercer avec leurs partenaires dans les autres pays de la sous-région n’est qu’un aspect des effets néfastes de cette crise sur le Nigeria. Le pays connaît une flambée vertigineuse des prix des denrées alimentaires. À long terme, cela causera la dépréciation de la monnaie du Nigeria et une forte paupérisation de la population nigériane.
    Enfin, il y a plusieurs informations qui font état de la persistance de la contrebande malgré les mesures de fermeture des frontières. Cela risque de ne répondre aux attentes des gouvernants du Nigeria qui espèrent privilégier la production locale.

  4. Buhari un militaire ; n’a malheureusement aucune notion économique
    C’est dommage et triste pour les opérateurs économiques des deux pays sans oublier nos frères du Niger
    C’est dire qu’il n’y a personne de raisonnable dans l’entourage de Buhari ????
    Une honte.
    Ça sert à quoi la Cedeao, ???,
    Pourquoi Buhari a-t-il ratifié la dernière fois l’accord de l’autre machin de libre libre-échange ????
    Les n**res !!!! Des esprits pervers et étriqués
    Je passais
    Le Plombier

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom