La Russie est un problème stratégique, selon l’UE

Le dernier entretien qu’a accordé le président Emmanuel Macron au média The Economist continue de susciter des réactions. On retiendra de cette sortie médiatique de l’actuel locataire de l’Elysée que ses positions sur certains sujets d’actualité ne sont pas appréciées.

Ce mercredi 13 novembre 2019, c’est Donald Tusk, président du Conseil européen qui a lancé de violentes charges contre le président français. Par le biais d’un discours qu’il a prononcé à Bruges en Belgique, il a, par des mots clairs et surtout très peu diplomatiques déploré l’attitude de Macron par rapport à la Russie.

Publicité

Pas un partenaire stratégique

Pour lui, la position qu’occupe ce pays situé entre l’Europe et l’Asie ainsi que son histoire ne permettent pas de faire de lui un « partenaire stratégique » de l’Union Européenne. Il estime que le pays de Vladimir Poutine est plutôt le « problème stratégique » du continent européen.

« Je devais rappeler publiquement aux autres, presque toutes les semaines, que la Russie n’était pas notre partenaire stratégique, mais notre problème stratégique. J’ai même été qualifié de monomaniaque pour avoir été si vigilant à ce sujet. » a notamment fait remarquer le président du Conseil européen.

Pas nécessaire de reconsidérer les relations avec la Russie

Il s’est véritablement opposé aux propos de l’actuel locataire de l’Elysée qui demande en effet que la position de l’UE vis-à-vis de la Russie soit revue. « Lorsque j’entends les paroles de Macron selon lesquelles nous devons reconsidérer notre position vis-à-vis de la Russie, repenser la relation stratégique, je ne peux qu’exprimer l’espoir que cela ne se fera pas au prix de nos rêves communs de souveraineté de l’Europe. » fait-il dans un premier remarquer.

Publicité

Il a également profité de cette occasion pour donner son point de vue sur le changement de la position des Polonais par rapport à la Russie. Pour lui, même l’aide du premier ministre Hongrois ne permettra de changer quoi que ce soit.

Une réponse

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    M. TUSK est polonais. Des siècles d’opposition frontale avec les russes, aux dépens de la Pologne, n’aident pas changer de repère.

    La Russie est un partenaire stratégique de l’Europe et toute autre vision la pousserait plus près de la Chine et mettrait l’Europe un peu plus, dans un rôle de vassal du point de vue de ses alliances outre-atlantique.

    \\\\\ ///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *