Photo d'illustration

Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la république dans l’affaire des munitions volées à la base militaire de Ouakam. La piste du terrorisme n’est pas exclue. Les deux chauffeurs cités dans cette affaire ont été placés sous mandat de dépôt. Un troisième complice présumé, militaire de son état, est toujours recherché.

Entreprise terroriste et détention illégale d’armes

Les motifs retenus par le parquet contre Maky Talla Ndiaye et Ahmed Ndiaye tous deux chauffeurs sont les suivants selon Libération: “association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ….” Un mandat d’arrêt a été lancé contre le militaire Amadou Bécaye Sangaré accusé d’avoir volé les munitions. Ce dernier se serait réfugié en territoire malien.

La saisie d’un important lot de munitions lourdes avait été effectuée à Pire dans la nuit du 26 au 27 octobre par la gendarmerie de Tiavaoune. Le conducteur du véhicule qui transportait les munitions en question, Maky Talla Ndiaye, aurait déclaré lors de son audition que le colis devait transiter vers la Mauritanie pour être livrée à un groupe armé dont l’identité n’est pas encore connue.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom