Des militaires russes aperçus au Mali selon la presse

Le Mali bien avant déjà le sommet Russie-Afrique de Sotchi avait entamé la signature de partenariats et autres accord de coopération militaire avec Moscou. Mais avec le succès et retentissement du dernier sommet, le Kremlin aurait vu là des encouragements à aller de l’avant dans sa « conquête » de l’Afrique et aurait selon la presse, avancé de nouveaux pions avec le Mali.

De la logistique russe à Bamako

Wagner est une société militaire privée russe. Le groupe regroupant des vétérans militaires ainsi que des policiers russes et cosaques entraînés par des spécialistes du renseignement et disposant de logistiques importantes.

Publicité

Cependant, selon les autorités russes, ce type de société n’aurait pas pignon sur rue à Moscou, à cause de la nature même de leurs activités. L’état en Russie se voulant être seul responsable de la défense et des affaires militaires.

Cela, selon la presse internationale, n’avait néanmoins pas empêché, le groupe de développer ses activités à l’extérieur du pays.  Wagner aurait été de tous les fronts importants, Syrie et Lybie, et notamment en Afrique, avec de supposées activités en République Centrafricaine. Cette fois, rapporte des médias africains, « des consultants russes » auraient été « vus à Bamako ».

Une présence qui, parce qu’elle survenait quelques temps seulement après le don de deux hélicoptères militaires et de la promesse de la fourniture de plusieurs autres, n’avait pas paru anodine. Surtout que, toujours selon les médias, ces « consultants russes » seraient issus des rangs de Wagner.

Publicité

Or selon Caleb M. Larson, expert américain, spécialiste en sciences politiques, Wagner ne serait « qu’instrument facilement désavouable du ministère russe de la Défense dans sa lutte pour faire avancer les objectifs de la politique étrangère russe ».

Sommet Russie – Afrique : Poutine veut construire un centre de sciences nucléaires au Rwanda

Le fait est que le  Mali en proie avec un terrorisme exacerbé depuis plusieurs années, et disposant déjà sur son sol d’un contingent non négligeable de troupes françaises, l’opération Barkhane ; semble ne vouloir bouder aucune assistance militaire ou diplomatique qui puisse lui permettre de découdre avec les djihadistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *