Bénin : Le capital humain, nouvelle priorité du gouvernement selon Agbénonci

De retour des Etats-Unis hier jeudi avec le chef de l’Etat Patrice Talon, Aurélien Agbénonci a animé une conférence de presse ce vendredi 31 janvier pour faire le point de la visite du numéro 1 béninois à Washington. Au cours de son compte rendu, le ministre des affaires étrangères a notamment parlé des échanges entre le chef de l’Etat et les responsables des institutions de Bretton Woods dans la capitale américaine. Des échanges qui ont permis au président de la République de partager avec ses vis-à vis la priorité de son gouvernement, c’est à dire, le capital humain.

« Le président a tenu à présenter à toutes ces personnalités ce qui aujourd’hui constitue la priorité. Notre priorité, la priorité de ce gouvernement à partir de maintenant, c’est le capital humain. Nous avons besoin de compétences » a déclaré le ministre des affaires étrangères. Ce besoin est capital parce que l’expertise coûte cher, indique M Agbénonci.

Publicité

« Sur 100 personnes qui sont formées au Bénin, il y a une personne, presque une personne qui sait faire de ses mains une chose »

Si nous avons des béninois et des béninoises qui sont très bien formés nous réduiront le coût que nous payons à l’extérieur et nous allons pouvoir évoluer dans tous les secteurs, pense sincèrement le chef de la diplomatie béninoise . « Nous avons besoin de compétences » martèle t-il. C’est pour cela, la réforme de l’enseignement technique est nécessaire.

« La priorité sera donnée à l’enseignement technique et  professionnel. Parce que sur 100 personnes qui sont formées au Bénin, il y a une personne, presque une personne qui sait faire de ses mains une chose. Notre système éducatif s’est trop basé sur le généraliste… » a déploré le ministre des affaires étrangères.

5 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Sage décision.
    Du point de vue du Bénin, (le long terme), c’est selon moi la toute 1ère chose à poser : l’instruction, la formation, la culture.
    Le Bénin doit orienter l’Education Nationale d’urgence et de toute ses forces vers l’instruction : les savoir-faire (enseignements technique et professionnel) après l’acquisition du savoir de base (primaire, collège) et la valorisation des cultures béninoises.
    Non seulement les compétences externes coûtent cher (court terme), mais en plus, le recul de l’instruction donne très vite à l’arrivée (moyen et long termes), un peuple de brutes inapte à comprendre le monde qui l’entoure et incapable de décider pour lui-même.
    \\\\ ///
    (@_@)

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      Quant à la culture, le savoir-être, c’est le naufrage au Bénin. Tout le monde a vu la vidéo des Egouns (kouvitos) et accolytes cernés par la foule à la suite d’un vol de portable…

      Inouï !!! Ce n’est certainement pas en vendant la culture comme un produit à touristes qu’on freinera le processus…. Hum
      \\\\ ///
      (@_@)

  2. Avatar de Zanko
    Zanko

    Pauvres esprits étriqués!
    Ils parlent de compétences comme s’ils étaient eux même. N’est ce pas l’hobjectif premier du chef de la rupture depuis le début? Le gros débat houleux du début de sont mandat n’était-il pas pour ce objectif là? Là, on vient nous en parler comme si c’était quelque de nouveau. C’est plutôt le temps des comptes rendu au peuple bande d’incompétents.

  3. Avatar de TOGNISSO
    TOGNISSO

    oui oui oui tu as raison plombier , il faut venir laver le lavabot et le wc
    PILOTAGE

  4. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Le capital humain est toujours là base du développement économique d’un pays
    Seulement ; nos pays ont pêchés dans la formation et l’orientation de nos cadres .
    Raison pour laquelle nous avons des lacunes de mal gouvernance et de compétences
    A y voir de près ; cette nécessité de réorganisation s’impose pour donner à notre pays une nouvelle génération de cadres compétents
    Je passais
    Le Plombier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *