Blocage de migrants : l’ex-ministre Salvini risque 15 ans de prison

Cette fois-ci, Salvini risque gros. En effet, l’ancien ministre italien de l’Intérieur va être jugé pour avoir décidé, en 2019, alors qu’il était encore en poste, de bloquer un bateau de migrants qui tentait d’accoster au large de la Sicile, au sud de l’Italie. S’il n’a jamais été inquiété pour cette décision, le Sénat vient de voter en faveur de son renvoi en justice, de quoi lui mettre énormément de pression.

Dans les faits, cette décision signifie que Salvini vient de perdre son immunité parlementaire. Résultat, le parquet italien pourrait bien annoncer des poursuites contre l’ancien homme fort, pour des faits de séquestration. Un véritable coup dur pour ce dernier, qui a récemment perdu des élections relativement importantes en Emilie-Romagne. L’extrême droite italienne ressort ainsi, très largement affaiblie de ces successions de mauvaises nouvelles.

Publicité

Salvini risque 15 ans de prison

Aujourd’hui, l’ombre d’un procès est donc réelle puisque le tribunal de Catane accuse directement le politicien d’abus de pouvoir et de séquestration de personnes. L’été dernier, Salvini s’était effectivement fait remarquer pour avoir bloqué plusieurs jours durant, un navire dans lequel se trouvaient pas moins de 116 personnes. Pour ces faits, Salvini encourt d’ailleurs une peine de prison de 15 ans. Toutefois, la procédure devrait s’étaler sur plusieurs années et s’annonce compliquée d’autant qu’elle n’a pas officiellement débuté. 

L’ancien ministre se défend

De son côté, Salvini se défend d’avoir mal agi et estime avoir exercé son devoir de ministre de l’Intérieur en défendant son pays. D’ailleurs, il a confié ne pas envisager une seule seconde de défendre ses positions au tribunal, mais plutôt de les revendiquer et d’assumer ses décisions. Une ligne de conduite relativement offensive, reste toutefois à savoir si cela suffira pour convaincre la justice qui ne devrait donc pas tarder à se positionner sur le dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires