,

Condamnation de Teodorin Obiang en France : Malabo va riposter

Les autorités équato-guinéennes ne sont pas d’accord avec les dernières décisions rendues par la Justice française. En début de semaine en effet, le fils du président a été condamné par la cour d’appel de Paris. Il a été requis contre Teodorin Obiang dans le cadre de l’affaire relative aux « biens mal acquis »,  trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende et des confiscations.

« Ingérence… »

 Il lui est notamment reproché d’avoir construit tout son patrimoine en France d’une manière frauduleuse. Mais du côté de Malabo, la décision des autorités judiciaires de l’hexagone frisent de l’ingérence. Par le canal d’un communiqué que les autorités équato-guinéennes ont rendu public dans la nuit de ce mardi au mercredi, elles qualifient d’ « ingérence » l’acte de la France.

Publicité

« Le gouvernement de notre pays se réserve le droit d’exercer devant les plus hautes juridictions internationales toutes actions de droit civiles et pénales afin de réclamer la réparation du préjudice causé aux hautes institutions et personnalités », a notamment martelé le communiqué du gouvernement.

Le gouvernement manifeste sa répulsion

 « Le gouvernement de la République de Guinée Equatoriale manifeste sa répulsion face aux actes d’ingérence dans ses affaires intérieures de la part des tribunaux français », ont poursuivi les responsables équato-guinéens. L’enquête qui a abouti à la condamnation en appel du Fils du président Teodoro Obiang Nguema, Teodorin Obiang, vice-président chargé notamment de la Défense et de la Sécurité de son pays a été initiée suite à la plainte des associations Sherpa et Transparency International.

Les investigations ont permis d’avoir une idée sur l’étendue de la fortune qu’avait engrangée en France Teodorin Obiang. A en croire les investigations, les sommes blanchies en France sont estimées à 150 millions d’euros. Le patrimoine est constitué de différents objets d’art, voitures de luxe et de bien d’autres choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité