France : les aveux de Griveaux à la police

Il y a quelques temps, l’affaire des images à caractère intime de l’ancien candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux faisait la une de la presse française. Ces vidéos avaient été partagées par l’activiste russe Piotr Pavlensky, qui avait dit les avoir obtenues sans le consentement de sa compagne Alexandra de Taddeo. La publication de ces vidéos avait poussé l’homme politique à jeter l’éponge aux élections municipales de Paris.

« Atteinte à l’intimité de la vie privée »

Depuis Piotr Pavlensky et Alexandre de Taddeo ont été mis sous contrôle judiciaire. Ils sont également mis en examen pour « atteinte à l’intimité de la vie privée par enregistrement ou transmission de l’image d’une personne présentant un caractère sexuel » et « diffusion sans l’accord de la personnes d’un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel et obtenues avec son consentement ou par elle-même ».

Publicité

Une expertise à mener

Les enquêteurs doivent par ailleurs mener une expertise sur les téléphones et ordinateurs du couple pour voir l’intégralité du contenu en leur possession. Depuis que ces vidéos ont été publiées sur internet, on n’avait aucune confirmation prouvant que c’était bel et bien Benjamin Griveaux qui figurait dessus. Mais selon les informations d’un média français, le politique a fait savoir aux forces de l’ordre qu’il est l’auteur des vidéos qui l’ont amené à renoncer aux élections municipales de Paris.

Une audition le 15 février

Cette information découle, selon le média, d’une audition de Benjamin Griveaux dans les bureaux de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) le 15 février 2020. Il a confirmé avoir envoyé les vidéos à Alexandra de Taddeo. Au cours de l’entretien, il avait fait comprendre aux forces de l’ordre n’avoir rencontré Alexandra de Taddeo qu’une seule fois, à la fin de l’année 2018.

Les premières discussions entre Benjamin Griveaux et Alexandra de Taddeo se sont déroulées sur internet. Ça a d’abord commencé sur Instagram, puis sur FaceBook Messenger. L’ancien porte-parole du gouvernement a reconnu, sans être totalement sûr, avoir envoyé « entre cinq ou six vidéos » éphémères sur la plateforme de messagerie entre mai et août 2018. Le politicien a également affirmé n’avoir jamais rencontré Piotr Pavlensky.

2 réponses

  1. Avatar de François
    François

    Bonjour messieurs comment vous allez ‘ bon juste pour vous connectez votre professionalite ok merci messieurs????

  2. Avatar de Bernard
    Bernard

    Pas très prudent le Grivaux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité