Violences contre les africains en Chine et ambassades : Agbenonci parle

Invité sur l’émission « le temps des moissons », le ministre des affaires étrangères a fait le point des réalisations en quatre ans dans le secteur de la diplomatie. C’était mardi 28 avril sur la chaîne de télévision nationale dans le cadre du bilan de quatre années à la tête du ministère des affaires étrangères et de la coopération.

Sur les violences faites aux africains en Chine, Aurélien Agbénonci a indiqué qu’« il s’est agit d’un dérapage au niveau provincial mais des mesures ont été prises par le gouvernement central pour éviter que les africains soient l’objet de ces comportements intolérables ». Le ministre des affaires étrangères est également revenu sur la fermeture des frontières par le Nigéria. « La fermeture a provoqué des difficultés », dit-il.

Publicité

En ce qui concerne l’expulsion de l’ambassadeur de l’UE au Bénin, le ministre des affaires étrangères est revenu sur la situation. « Un diplomate est tenu à des obligations en plus des droits et des privilèges qui sont attachés à sa fonction. Le Bénin est un pays souverain et n’avait pas le choix que celui de remettre les pendules à l’heure. Cela est derrière nous », insiste le patron de la diplomatie béninoise qui rassure de ce que les relations avec l’UE sont au beau fixe.

L’allègement des représentations diplomatiques…

Courant l’année 2019, le Gouvernement a décidé d’amenuiser le personnel diplomatique avec notamment la rationalisation du personnel diplomatique. « On ne peut pas utiliser les ressources du XVIIème siècle pour affronter le 21ème siècle », clarifie Aurélien Agbénonci.

« Nous avons décidé d’avoir une carte diplomatique très allégée mais renforcée. Certaines ambassades comme Paris, Washington seront des pôles régionaux. Nous serons présents sur tous les continents. Nous aurons des ambassadeurs non-résidents qui à partir de Cotonou avec les moyens opéreront et seront accrédités auprès de certains pays. C’est une modernisation de l’outil. On ne peut pas baser notre diplomatie sur des dogmes qui sont dépassés et sur des modes de représentations qui ne sont plus efficaces. Cela coûte cher », a-t-il martelé.

Publicité

« En 2017, le nombre d’agents que nous avons ramené à Cotonou avoisine la centaine. Nous avons rationalisé les processus et revisité nos modes d’opération. Nous aurons un peu plus d’une dizaine d’ambassades à l’étranger cela ne veut pas dire que notre diplomatie s’affaiblie », conclut le ministre des affaires étrangères et de la coopération.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Médecin après la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires