George Floyd : le Zimbabwe réagit au commentaire d’un proche de Trump

Le gouvernement zimbabwéen a convoqué ce lundi 1er juin 2020, le chef de la représentation diplomatique américaine auprès du Zimbabwe à Harare, suite aux propos de Robert O’Brien, conseiller pour la sécurité nationale du président américain. L’information a été donnée à un média français par James Manzou, un porte-parole de la diplomatie zimbabwéenne. En effet, hier dimanche 31 mai 2020, le conseiller de Donald Trump avait fustigé les commentaires critiques du Zimbabwe, de l’Iran, de la Russie et de la Chine, tout en les qualifiant « d’adversaires de l’étranger ». La source a également fait savoir que le diplomate américain est actuellement en réunion avec le ministre.

Les déclarations de Robert O’Brien sont une « farce »

Le secrétaire zimbabwéen à l’information, Nick Mangwana, a aussi réagi suite aux commentaires américains visant le pays. « Le Zimbabwe ne se considère pas comme un adversaire de l’Amérique » a-t-il laissé savoir sur Twitter. Au cours de la matinée, un haut responsable de l’exécutif qui n’a pas voulu révéler son identité, a confié à un quotidien zimbabwéen que les déclarations de Robert O’Brien sont une « farce ». Notons que les propos du proche de Donald Trump, interviennent dans un contexte où les Etats-Unis sont secoués par des manifestations dues à l’arrestation mortelle de George Floyd, un afro-américain âgé de 46 ans, le 25 mai 2020.

Publicité

Des relations tendues entre les deux pays

La scène de l’interpellation qui a été filmée a par la suite fait le tour des réseaux sociaux. Plusieurs villes aux Etats-Unis, y compris la capitale Washington, font l’objet d’un couvre-feu après des nuits d’émeutes. Pour rappel, les relations diplomatiques entre le Zimbabwe et les USA sont très tendues, en dépit de la destitution de l’ancien président Robert Mugabe, et de l’arrivée du nouveau président Emmerson Mnangagwa. Ça fait environ vingt ans que les Etats-Unis maintiennent des mesures punitives contre près de 100 personnes et entités juridiques zimbabwéennes, l’actuel président inclus.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    On aime bien les panafricains de tout bord, mais que les hommes politiques Zimbabwéens (ancien northern rodhesia) nettoient aussi devant leur porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *