Accusé de viol par une britannique, un ministre émirati nie

Caitlin McNamara, une ressortissante Britannique a accusé le ministre émiratie de la tolérance, Moubarack al-Nahyane, de viol. L’accusatrice a porté ses accusations, ce dimanche 18 octobre 2020, dans un entretien accordé au média Britannique, The Sunday Times. Selon elle, les faits se sont déroulés en février 2020 à Abou Dhabi, quand elle organisait un festival de littérature.

Elle a dit avoir été conduite dans une villa

Elle a par ailleurs affirmé avoir été entendue, par les services de la police britannique, qu’elle avait contactée le 3 juillet 2020, pour « cette infraction qui aurait eu lieu en février 2020 en dehors du Royaume-Uni ». L’accusatrice a indiqué avoir été conduite dans une villa luxueuse, le 14 février dernier, où le ministre Moubarack al-Nahyane l’attendait. Espérant parler du festival, Caitlin McNamara a assuré avoir été violée sur le lit où ce dernier l’avait poussée, après l’avoir touchée de manière déplacée. D’après les propos de Caitlin McNamara, elle a confié avoir réussi à se dégager puis à partir dans son hôtel en direction de Dubaï. Cependant, elle a précisé avoir reçu plusieurs appels et messages du ministre émirati.

Publicité

« Notre client est surpris et attristé »

Le 16 février 2020, elle a fait part de sa mésaventure aux services consulaires britanniques. Contacté par un média français, le ministre accusé par Caitlin McNamara n’a pas répondu. Dans le même temps, le cabinet qui le représente a nié ces accusations. « Notre client est surpris et attristé par cette accusation, qui survient huit mois après l’incident présumé et par l’intermédiaire d’un journal national » a-t-il déclaré.

Une réponse

  1. Avatar de mazorapitta
    mazorapitta

    IL FAUT DÉNONCER TOUS LES VIOLEURS ET SURTOUT CEUX DU GOLFE QUI VEULENT NOUS DONNER DES LEÇONS DE L’ISLAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *