Une Française dont la fille est détenue en Syrie demande l’aide de l’Etat

A défaut d’un rapatriement, il faut au moins un soutien financier. C’est du moins ce qu’exige une française dont la fille est détenue en Syrie avec trois enfants. Les avocats de cette dernière ont saisi ce mercredi 14 octobre le tribunal administratif de Paris dans le cadre de cette requête. Les hommes de Droit indiquent que l’objectif est de contraindre l’Etat à financièrement voler au secours de la famille française dans cette situation en Syrie.

Une aide matérielle et financière est importante selon les avocats

«Si l’État fait actuellement le choix de ne pas organiser le rapatriement de ses ressortissants, il lui incombe de venir en aide matériellement et financièrement à ces derniers ou à tout le moins de permettre à leurs familles de le faire», ont fait savoir Mes Vincent Brengarth et William Bourdon dans un référé-liberté. «Il est établi qu’il existe un risque grave que les enfants de cette dernière soient exposés à une violation des articles 2 et 3 de la Convention européenne des droits de l’Homme, justifiant que des mesures urgentes soient diligentées par l’État français», ont ils poursuivi.

Publicité

Une récente enquête sur un cyberfinancement

Ils précisent notamment que si la responsabilité de cette aide financière devrait venir aux familles, ces dernières devraient être à l’abri des poursuites pénales. Cette procédure intervient quelques semaines après l’audition de plusieurs familles dont des proches sont en Syrie. Ces auditions qui ont débouché sur la poursuite de huit personnes s’inscrivaient dans le cadre d’une enquête sur un réseau de cyberfinancement du terrorisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *