USA : l’affaire Hillary Clinton renaît de ses cendres

Mars 2015, le journal The New York Times publiait en première page que, Hillary Clinton, ancienne secrétaire d’État et épouse de l’ancien président américain, Bill Clinton, « aurait pu violer des exigences fédérales ». Une affaire qui concernait un serveur de messagerie, que la femme d’État a fait installer chez elle à Chappaqua, New York, et utilisé pour toute sa correspondance électronique; même après avoir prêté serment comme secrétaire d’État en 2009.

Pourtant, une fois entrée en fonction, elle aurait dû utiliser et activer, un compte de messagerie state.gov, qui aurait été hébergé sur des serveurs détenus et gérés par le gouvernement américain. Depuis, l’affaire avait connu moult rebondissements juridiques avec le FBI, tour à tour, définissant et retirant des charges contre Mme Clinton. Mais ce vendredi, le secrétaire d’État Mike Pompeo annonçait être sur le point de publier davantage de courriels de l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton.

Publicité

Hillary Clinton dans le collimateur de Donald Trump

Les prochaines élections aux USA sont dans quelques semaines. Trump et le camp des Républicains fait face à Joe Biden et celui des Démocrates, dont fait partie justement Mme Hillary Clinton. L’ancienne secrétaire d’Etat et candidate aux présidentielles de 2016, avait dès les premiers moments des primaires démocrates, apporté son soutien à Joe Biden. Et l’affaire des emails était de ceux qui pouvait le plus éclaboussé l’ancienne première Dame et par ricochet, Joe Biden.

Pourtant en 2016 justement, le FBI avait par deux fois conclu au fait que si le serveur personnel d’Hillary Clinton contrevenait à des exigences fédérales, il ne pouvait cependant pas constituer la base d’accusions criminelles. Néanmoins, James Comey, alors directeur du FBI, avait jugé que la secrétaire d’état avait fait montre d’un peu trop de légèreté avec des informations somme toutes classifiées. Et c’est justement ce dernier point qui représentait le nœud gordien de la dernière brouille entre Trump et son secrétaire d’Etat, Mike Pompeo.

Trump n’est pas content de Pompeo

Jeudi, Trump a exprimé son mécontentement que son haut diplomate américain, Pompeo, n’ait pas encore récupérer les e-mails supprimés du serveur privé de Clinton, des emails dont elle avait dit en 2015 qu’ils « étaient personnels et privés ». Lors d’une apparition dans une émission de télévision, le président Trump a laissé entendre que Pompeo agissant en tant que secrétaire d’état devait être en mesure de collecter tous les e-mails et de les ramener sur un serveur d’État.

Des récriminations auxquelles le secrétaire d’état avaient été sensibles puisque ce vendredi, Pompeo déclarait lors d’une interview que ses services allaient « diffuser toutes ces informations pour que le peuple américain puisse les voir ». Pour Pompeo, le serveur privé n’aurait pas dû être et les informations qu’il contenait non plus « Hillary Clinton n’aurait jamais dû faire ça, c’était un comportement inacceptable » avait ajouté Mike Pompeo en substance.

Publicité

2 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Quand l’espoir ne brille plus au fond du coeur, laissant place au grand désespoir comme une boîte de Pandora ouverte sans clef, les idées farouches surgissent en pêle-mêle.

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Trump est coincé et utilise les tactics de 2016 pour 2020. Il ne réussira pas certainement pas cette fois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité