Brésil : Bolsonaro furieux après la polémique sur les masques

Le président brésilien Jair Bolsonaro a une fois de plus attaqué la presse de son pays. En effet, au cours d’un point de presse qui a eu lieu hier lundi 21 juin 2021, une journaliste du média populaire brésilien, TV Globo, avait abordé le sujet sur le port du masque, le concernant, dans l’Etat de Sao Paulo. Elle lui avait donc rappelé que plusieurs Etats brésiliens lui avaient infligé des amendes, après avoir participé à des rassemblements sans protection.

« Si vous ne voulez pas porter de masque n’en portez pas »

Cependant, cela n’est pas passé auprès du chef de l’Etat brésilien, qui a vu tout rouge. « La f*rme ! Vous êtes des sal**ds. Vous faites un journalisme p**rri, qui ne sert à rien. Vous détruisez la famille brésilienne, la religion brésilienne » a-t-il déclaré tout en ajoutant : « Je vais où je veux comme je veux, d’accord ? Si vous ne voulez pas porter de masque n’en portez pas ». Par ailleurs, le président n’a pas manqué de s’en prendre au groupe Globo. A l’en croire, ce dernier « est de la pr*ss* de merde (…) Ceux qui regardent (cette chaîne) sont victimes de désinformation. Vous devriez avoir honte ». Suite à ces propos, le groupe Globo a réagi en faisant savoir que le numéro un brésilien s’y prend mal pour atteindre la presse.

Publicité

« Ce n’est pas avec des cris ou de l’intolérance que le président va empêcher ou limiter le travail de la presse » a indiqué le groupe. Notons que ce n’est pas la première fois que Jair Bolsonaro attaque un média de son pays. Pour mémoire, depuis le début de son mandat, il s’en est violemment pris à plusieurs reprises aux médias. L’année dernière, il avait violement répondu à un reporter qui l’avait questionné sur des rumeurs de versements suspects de sommes d’argent pour le compte de son épouse. « J’ai envie de te fermer la gu**le à coups de p**ng » avait-il déclaré.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    C’est normal, c’est comme Trump, il ne reconnaîtra jamais ses erreurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *