, ,

Centrafrique : La Russie a produit un film pour vanter son intervention

La Russie, depuis 2017 s’est impliquée dans le conflit de la République Centrafricaine(RCA). Et en raison de la diversité de ses partenaires locaux, le pays a réussi à devenir un arbitre diplomatique important. En décembre dernier, la Russie déployait alors 300 instructeurs en RCA. Mais alors même que l’appui militaire russe suscitait moult réactions de la part de la communauté internationale, les autorités russes sortaient un film pour raconter la pertinence de l’action de ces « instructeurs » controversés. Un film intitulé « TOURISTE ».

Un film en l’honneur des « instructeurs »

En Mai, les autorités russes réalisaient un film sur l’action des « instructeurs » en République Centrafricaine. Le film intitulé ‘’Touriste’’ est un film d’action sur le conflit en RCA. La trame en l’occurrence est basée sur des événements qui se sont déroulés dans le pays il y a quelques mois à peine. On peut y voir l’ex-président François Bozizet, qui s’assurant le soutien des militants, tente de réaliser un coup d’État, mais les Forces armées du pays (FACA) repoussent les assaillants en quelques mois.

Publicité

Cependant une grande partie du succès des FACA est, bien entendu, due au travail des instructeurs russes qui ont formé le personnel de l’armée et conseillé l’armée centrafricaine pendant ‘’l’opération antiterroriste’’. Et justement, le personnage principal « Touriste » est l’un de ces ‘’spécialistes’’ qui avec d’autres, a été contraint de se lever pour protéger les civils des bandits. Un film qui, il était évident, tend à montrer le bien-fondé de la présence des contingents tactiques russes en RCA. Un contingent formé surtout d’instructeurs, mais qui selon des experts de l’ONU ne seraient autres que des mercenaires à la solde de sociétés militaires tel que la Wagner Group.

Un film apprécié par la critique en Russie

Une chose était sûre, la société militaire avait pignon sur rue à Bangui et des officiels russe comme Valery Zakharov, un ancien responsable de la Direction principale du renseignement (GRU), l’oreille de Faustin-Archange Touadéra, le président centrafricain. C’est justement Valery Zakharov, conseiller à la sécurité nationale de M. Touadéra qui, il y a quelque semaines a révélé « une enquête » sur un « citoyen étranger (…) détenu à Bangui (…) avec une énorme quantité d’armes et de munitions ». Un citoyen « étranger » qui s’est révélé être un citoyen « français ».

En Russie en tous cas, où le film est sorti cinq jours après sa révélation en Centrafrique, diffusé en avant-première sur la chaîne NTV le 19 mai, a reçu des observations élogieuses de la part des critiques. Pour beaucoup comme l’historien militaire Boris Yulin, il existerait une demande pour de tels films dans la société russe. Des films où le cliché « d’hommes russes ordinaires qui effectuaient correctement un travail difficile et dangereux. Sans pour autant faire de discours prétentieux, mais protégeaient les citoyens d’un pays lointain des bandits », n’était pas pour déplaire aux cinéphiles russes.

2 réponses

  1. Avatar de Nengao A.
    Nengao A.

    Vive la russie en Centrafrique!
    Et ce n’est pas du colonialisme!

  2. Avatar de Vodounon
    Vodounon

    un film en honneur des instructeurs russes en Centre Afrique.
    Les Russes avec le PIB équivalent à celui de l’Espagne montrent qu’ils peuvent investir dans du long terme.
    Vive le nouveau colonialisme russe!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *